Le Québec et l’immigration : une si belle mosaïque

L’immigration est un sujet de débat important au Canada, où près d’un Canadien sur cinq est né à l’étranger. Bien que les chiffres montrent une augmentation constante de l’immigration au fil des ans, il est essentiel de se rappeler que derrière les statistiques se trouvent des personnes avec des histoires uniques. Dans ce billet, nous allons dresser un portrait objectif de la situation de l’immigration au Canada et mettre en lumière la situation au Québec par rapport au reste du pays.

Le Canada est une terre d’accueil, connu pour sa politique d’immigration qui accueille chaque année des milliers d’immigrants du monde entier. En 2021, le gouvernement canadien a fixé un objectif de 401 000 nouvelles admissions, dont 60% pour des raisons économiques. Au Québec, la situation est légèrement différente car la province a son propre système d’immigration, qui se concentre davantage sur la sélection des travailleurs qualifiés et des étudiants internationaux.

Pour mieux comprendre la situation de l’immigration au Canada, il est important de mettre des visages sur les chiffres. Les immigrants représentent une variété de pays d’origine et de cultures différentes. Ils viennent au Canada pour des raisons diverses, telles que la recherche de meilleures opportunités économiques, l’éducation ou pour fuir la persécution et la guerre.

En termes de répartition des immigrants, la plupart d’entre eux se concentrent dans les grandes villes, telles que Toronto, Vancouver et Montréal. Cependant, la situation varie selon les provinces et les territoires. Par exemple, les Prairies accueillent une proportion plus élevée d’immigrants dans leur population que le Québec.

Au Québec, les chiffres montrent que la province a accueilli environ 44 500 immigrants en 2020, soit une baisse de 32% par rapport à l’année précédente en raison de la pandémie de COVID-19. Cependant, même en temps normal, le nombre d’immigrants au Québec est plus faible que dans le reste du pays.

L’immigration est ici un enjeu important et un facteur clé de la croissance démographique. En 2020, le Québec a accueilli environ 44 000 immigrants, dont la majorité vient d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. La province a mis en place un système de sélection des immigrants basé sur des critères tels que l’âge, la scolarité, la connaissance du français et l’expérience professionnelle. Ce système, appelé le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) et le Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ), a pour objectif de sélectionner des immigrants qui pourront s’intégrer rapidement et contribuer à l’économie de la province. Toutefois, le système d’immigration au Québec a fait l’objet de critiques concernant l’équité et la transparence de sa mise en œuvre.

Selon les données de la Commission des partenaires du marché du travail du Québec, d’ici 2024, il y aura une demande pour environ 1,4 million de travailleurs qualifiés dans la province. Cependant, le Québec fait face à des défis démographiques, avec une population vieillissante et une faible natalité, ce qui rend difficile de combler ces besoins en main-d’œuvre avec la population locale.

C’est pourquoi l’immigration est considérée comme une solution importante pour répondre aux besoins en main-d’œuvre du Québec. En fait, le gouvernement du Québec a fixé des cibles d’immigration ambitieuses, avec l’objectif d’accueillir entre 44 500 et 47 500 immigrants chaque année. Cela représente une augmentation significative par rapport aux niveaux d’immigration précédents.

Cependant, malgré cette volonté politique, il y a encore des défis à relever en matière d’intégration des nouveaux arrivants au Québec, notamment en ce qui concerne la reconnaissance des compétences et des diplômes étrangers. De plus, il y a eu des préoccupations concernant la capacité du gouvernement à maintenir des services de soutien adéquats pour les nouveaux arrivants, en particulier dans les régions éloignées ou en région rurale.

Les principaux besoins en services de soutien pour les nouveaux arrivants au Québec comprennent :

  1. Services d’orientation : Les services d’orientation aident les nouveaux arrivants à comprendre les exigences et les procédures pour s’établir au Québec. Ils peuvent fournir des informations sur les lois et les réglementations, les services gouvernementaux, les ressources communautaires, les programmes de formation professionnelle et les options de logement.
  2. Services d’emploi : Les services d’emploi aident les nouveaux arrivants à trouver un emploi. Ils peuvent fournir des conseils sur la rédaction de CV et de lettres de motivation, la recherche d’emploi, les entrevues et les négociations salariales.
  3. Services d’accompagnement : Les services d’accompagnement sont destinés à aider les nouveaux arrivants à s’adapter à leur nouvel environnement. Ils peuvent inclure des services d’interprétation, des services de traduction, des services de garde d’enfants, des services de soutien psychologique et des services de mentorat.
  4. Services de formation linguistique : Les services de formation linguistique aident les nouveaux arrivants à apprendre le français ou l’anglais. Ils peuvent inclure des cours de langue, des cours de conversation, des cours de grammaire et des cours de prononciation.
  5. Services de santé : Les services de santé aident les nouveaux arrivants à obtenir les soins de santé dont ils ont besoin. Ils peuvent fournir des informations sur les programmes gouvernementaux de santé, les services médicaux locaux et les services de counseling.

Les services de garde d’enfants sont également en demande au Québec en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Selon une étude de la Commission des partenaires du marché du travail, la demande de places en garderie a augmenté de manière significative ces dernières années, avec plus de 22 000 nouvelles places créées entre 2015 et 2019. Cependant, malgré ces efforts, il reste encore un important déficit de places dans certaines régions de la province, en particulier dans les zones rurales et éloignées. En outre, la pandémie de COVID-19 a créé de nouveaux défis pour les services de garde, en raison de la nécessité de respecter les mesures sanitaires et de limiter les contacts entre les enfants et les éducateurs/trices.

Il est estimé qu’il manque environ 200 000 places en garderie pour répondre aux besoins des familles. Cette pénurie de places en service de garde est un enjeu important pour les familles, notamment pour les mères qui souhaitent retourner sur le marché du travail après un congé de maternité. Elle peut également avoir un impact sur la productivité de la province, car les employés qui ne peuvent pas trouver de services de garde fiables et abordables peuvent être contraints de réduire leur temps de travail ou d’interrompre leur carrière. Le gouvernement québécois a mis en place plusieurs mesures pour augmenter le nombre de places en garderie, notamment en subventionnant la création de nouvelles places et en offrant des crédits d’impôt aux parents pour les frais de garde.

Travailler la question de l’intégration des nouveaux arrivants est essentiel pour le bien-être de l’ensemble de la société canadienne. En effet, une intégration réussie permet aux nouveaux arrivants de s’épanouir pleinement dans leur nouvelle vie, de contribuer à la société canadienne et de participer à la croissance économique du pays. De plus, une bonne intégration peut aider à réduire les tensions interculturelles et à renforcer la cohésion sociale, en favorisant la compréhension et l’acceptation des différences culturelles.

Au Québec en particulier, la question de l’intégration est d’autant plus importante que la province fait face à un défi démographique majeur. En effet, la population du Québec vieillit et diminue, tandis que le nombre de postes vacants augmente. L’immigration apparaît donc comme une solution prometteuse pour répondre aux besoins en main-d’œuvre et maintenir la vitalité économique de la province. Cependant, pour que l’immigration puisse véritablement contribuer à la croissance économique et au dynamisme social du Québec, il est impératif que les nouveaux arrivants soient intégrés avec succès à la société québécoise. Cela passe notamment par l’accès à des services de qualité, à une formation linguistique adéquate, ainsi qu’à des emplois correspondant à leur qualification et à leur expérience.

Références :


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (29 novembre 2022). Le Québec et l’immigration : une si belle mosaïque. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/snqd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search