Dominique Méda : Une Exploratrice de la Société et du Travail, à la Loupe

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter une personnalité qui m’inspire beaucoup dans ma quête de compréhension du monde : Dominique Méda. Philosophe, sociologue, et professeure, son nom évoque à lui seul la pensée d’une véritable exploratrice des inégalités et des injustices sociales.

MEDA Dominique – Date: 20130624 ©Philippe MATSAS/Opale/Leemage

Dominique Méda est une figure reconnue dans le monde des sciences sociales. Non seulement par son cursus impressionnant, qui l’a menée de l’ENA à l’IGAS, mais aussi par ses prises de position courageuses et éclairées sur le monde du travail et les défis de notre société. Dominique Méda est une philosophe de terrain. Ses idées sont forgées à l’aune de leur puissance de transformation. Sa carrière dans la haute fonction publique a nourri sa recherche, et son engagement intellectuel et politique. Elle a intégré l’ENA, puis a rejoint l’IGAS et le corps d’inspection des affaires sociales. Au début des années 90s, elle a été notamment chargée des questions relatives au travail à la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (D.A.R.E.S) du Ministère du travail.

Son travail vise à comprendre la logique des injustices et des inégalités pour mieux les combattre. En 1995, elle publie son livre fondateur, “Le travail. Une valeur en voie de disparition” (Flammarion). En philosophe, elle y retrace l’histoire du concept de travail, dénonçant l’emprise de l’économie dans nos sociétés contemporaines.
Depuis 2011, elle enseigne la sociologie à l’Université Paris Dauphine, diffusant son message à une nouvelle génération de penseur.se.s.
Sa mission ? Transformer collectivement le monde social. Pour elle, cela passe par une réforme radicale de nos manières de penser et d’agir. La philosophie, l’engagement politique, la recherche et l’enseignement sont ses armes dans ce combat. En élargissant l’horizon des problématiques sociales, en éveillant les consciences, en redéfinissant les valeurs humaines, elle vise à structurer une vie sociale plus équitable et juste.

Dominique Méda est l’une des figures marquantes du paysage intellectuel français. Sa brillante carrière lui a permis de naviguer avec aisance à travers différents domaines d’étude, passant de la philosophie à l’École nationale d’administration (ENA), puis à l’Inspection générale des affaires sociales. Ce parcours diversifié l’a conduite à une réflexion approfondie sur la place de l’économie et du travail dans nos sociétés, question centrale de son premier livre, “Le travail, une valeur en voie de disparition ?“.

Ce questionnement a également été le point de départ de son intérêt pour le Produit Intérieur Brut (PIB), indicateur dominant de la richesse d’une nation. Selon Méda, le PIB réduit la richesse d’une société à sa production économique, négligeant des activités essentielles comme le travail politique, familial, ou domestique. Elle voit en cela le signe d’une dérive, que son regard de philosophe l’a aidée à déceler. En examinant le PIB, Méda souligne plusieurs de ses limites.

  • Premièrement, il ne prend pas en compte des activités essentielles pour la reproduction de la société, comme les activités domestiques, citoyennes ou de loisirs.
  • Deuxièmement, il ignore les inégalités dans la consommation et la production.
  • Troisièmement, il mélange les productions toxiques et utiles, tant que cela stimule sa croissance.
  • Enfin, le PIB ne donne aucune indication sur l’évolution de notre patrimoine social et environnemental.

Selon elle, le PIB met en lumière une infime partie de nos vies, ignorant des éléments cruciaux comme le travail domestique, les activités bénévoles, ou encore les dégâts environnementaux.

La notion de croissance, liée au PIB, est une autre question clé pour Méda. Selon elle, la croissance comme processus remonte au XVème siècle, mais sa mesure et son importance sont beaucoup plus récentes, amplifiées après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elle met en garde contre les dommages environnementaux et sociaux qui ont accompagné cette croissance, en dépit de ses bienfaits évidents.
L’idée que l’on peut découpler la croissance de ses effets négatifs pour atteindre une “croissance verte” est, pour Méda, un mythe. Elle soutient que la croissance doit cesser d’être notre objectif, et que nous pouvons créer des emplois sans croissance, à condition de répartir le travail différemment.

Dominique Méda pointe également le problème de notre rapport à la consommation, encouragé par le capitalisme et la publicité, et le considère comme l’un des moteurs de la croissance. Elle souligne l’impossibilité d’atteindre la sobriété dans un système capitaliste, et la nécessité d’alternatives au PIB. Parmi ces alternatives, elle propose l’adoption de plusieurs indicateurs, comme l’empreinte carbone, l’indice de santé sociale, et un indicateur de biodiversité. Selon elle, le PIB ne devrait pas être abandonné, mais devrait être limité par des contraintes physiques et sociales.

Elle explore profondément la notion de Care, ou de prendre soin, dans le contexte actuel de la crise. Selon elle, les femmes sont souvent les plus touchées par ce brouillage des rôles car elles sont généralement chargées d’une part disproportionnée des tâches familiales et ménagères. Ce constat est particulièrement évident dans les familles monoparentales, où la totalité des responsabilités domestiques repose sur un seul parent. Cependant, Méda trouve également un intérêt dans l’observation des couples biactifs, où l’équilibre de la répartition des tâches est mis à l’épreuve par la crise actuelle.


Le care. Ça a un peu l’air de sortir d’une bande dessinée de super-héros, pas vrai ? Mais il s’agit en réalité d’un concept important qui pourrait bien révolutionner notre société. Dominique Méda nous rappelle l’un de nos gros casse-têtes du moment : la prise en charge des tout-petits. Vous le savez comme moi, la crèche / garderie, ce n’est pas gagné pour tout le monde et les pères peinent encore à prendre leur place à temps plein dans ce tableau. L’éternelle question se pose : qui doit veiller sur nos enfants pendant que nous travaillons ? L’État ? Les entreprises privées ? Nous, parents ? Et dans le cas des parents, qui des deux doit prendre la main ? Selon elle, ce débat n’a jamais eu la place qu’il mérite.

Ensuite, elle aborde un point sensible : ces jobs mal payés et souvent occupés par des femmes, dédiés à s’occuper des autres. On parle ici des personnes âgées, des personnes dépendantes… Ces métiers sont essentiels à notre société mais souvent peu valorisés. Et pourtant, ils pourraient bien être au cœur de la solution pour une égalité des sexes véritable. Pour elle, le concept de care n’est pas juste un mot à la mode pour parler de solidarité ou de compassion. Non, il pourrait carrément jeter les bases d’une nouvelle politique de gauche, loin de se réduire à une simple affaire de bons sentiments. Comment ? Elle propose quatre pistes de réflexion :

• Repenser l’accompagnement des personnes dépendantes : on refait les règles, on trouve des financements, et on propose des services publics de qualité. Tout ça avec l’idée de faire aussi bien que nos amis nordiques.
• Évaluer sérieusement l’égalité homme-femme : partager le travail des soins et aller vers un modèle où chaque parent apporte revenus et soins à parts égales.
• Valoriser les métiers du care : il est temps de rendre à César ce qui appartient à César, et de redonner du prestige à ces métiers qui prennent soin de nous.
• Remettre les pendules à l’heure : passer d’un paradigme de production – où l’on détruit la nature pour en faire un produit – à un paradigme du care – où l’on prend soin de notre patrimoine commun et où la richesse n’est plus seulement définie par le PIB, mais aussi par notre capacité à produire sans détruire nos ressources.

Cependant, Dominique Méda regrette que les débats publics aient dénaturé le concept de care, réduisant ses implications et ses potentialités à des clichés et des caricatures. Pour elle, il s’agit d’un manque d’appréciation d’un sujet qui mériterait une attention bien plus sérieuse et approfondie. Je suis sûr que vous êtes d’accord avec moi, les amis, c’est un sujet qui mérite qu’on s’y attarde. Alors, continuons la discussion !

Elle souligne également l’importance du travail dans notre société, un sentiment qui, selon elle, sera probablement renforcé par la crise actuelle. Avant cette crise, seuls les chômeurs et les travailleurs précaires faisaient l’expérience du manque de travail et de la souffrance qu’il peut engendrer, notamment en termes de revenus et de liens sociaux. Aujourd’hui, un nombre croissant de personnes, qui ont perdu leur emploi ou qui sont sans travail à la maison, vont découvrir les fonctions essentielles que le travail assure dans notre vie, comme la structuration de notre temps et le maintien du lien social.

Enfin, Dominique Méda remet en question la hiérarchie actuelle des métiers et des rémunérations. Selon elle, cette crise a mis en évidence une discordance entre la valeur sociale des métiers et leur reconnaissance et rémunération. Les métiers de première ligne, souvent sous-payés et sous-estimés, se sont avérés vitaux pour la société. De plus, ces professions sont souvent occupées par des femmes, soulignant une fois de plus le rôle crucial qu’elles jouent dans notre société. Méda souligne le besoin urgent de revoir et de réévaluer ces systèmes de classification et de rémunération qui sont historiquement défavorables aux femmes.

L’intérêt que je porte au travail de Dominique Méda se fonde principalement sur cinq piliers.

En premier lieu, elle replace les sciences humaines et sociales au centre du débat. À une époque où nous semblons avoir atteint les limites des solutions techniques, il est crucial de reconsidérer notre rapport au monde à travers une approche plus humaine. Dominique, par son travail, nous invite à cette nécessaire introspection.

Deuxièmement, la question du travail, omniprésente dans l’œuvre de Dominique, mérite toute notre attention. Nous consacrons une grande partie de notre vie à notre activité professionnelle. Celle-ci ne se réduit pas à un moyen de subsistance, mais incarne également une source d’accomplissement personnel et un vecteur d’intégration sociale. Dominique, par sa réflexion, éclaire ces différentes dimensions et questionne les évolutions contemporaines du monde du travail.

Le troisième aspect qui fait la richesse du travail de Dominique est l’importance qu’elle accorde à la notion de care, cette idée de prendre soin de l’autre. Son approche féministe met en lumière le rôle souvent méconnu mais essentiel que jouent les femmes dans le maintien de la cohésion sociale. Ce regard neuf sur notre rapport à l’autre invite à repenser nos modèles sociaux et nos structures institutionnelles.

Quatrièmement, Dominique Méda interroge notre système économique et ses indicateurs. Sa critique du PIB et de l’obsession de la croissance économique nous pousse à reconsidérer ce qui compte vraiment. Elle nous incite à reconnaître la valeur du bénévolat, du travail domestique et de toutes ces activités invisibles ou dévalorisées qui contribuent pourtant au bien-être de tous.

Enfin, sur un plan plus personnel, j’ai eu la chance de côtoyer Dominique Méda. Son intelligence et sa bienveillance sont des sources d’inspiration constantes. Sa brillance intellectuelle n’a d’égale que son humilité et son accessibilité. Elle incarne cette volonté de comprendre et de transformer le monde qui est au cœur des sciences humaines et sociales.

Pour poursuivre :

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-vrai-metier-des-philosophes/dominique-meda-une-philosophe-dans-la-haute-fonction-publique-8761790

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-embellie/l-embellie-du-dimanche-06-novembre-2022-5179349

https://www.radiofrance.fr/franceculture/dominique-meda-il-faut-revoir-l-echelle-de-la-reconnaissance-sociale-et-de-la-remuneration-des-metiers-6079748


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (21 juillet 2023). Dominique Méda : Une Exploratrice de la Société et du Travail, à la Loupe. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/snsj


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search