Le terrain en recherche qualitative : un studio de cinéma en plein air

Aujourd’hui, j’aimerais vous faire plonger dans les coulisses de la recherche qualitative, plus précisément au cœur du processus de la collecte de données : la phase de terrain. Un post inspirant de la sociologue Manon Vivière vient de me donner envie de vous inviter à découvrir cette étape cruciale de la recherche en sciences sociales, très souvent méconnue.

Crédit photo libre :  Jakob Owens

“Lever de rideau. Action !” Pourriez-vous imaginer un réalisateur de film sans plateau de tournage ? Un artiste sans sa toile ? Certainement pas. De la même manière, un chercheur en sciences sociales ne saurait se passer de son “terrain”. C’est l’espace où il va à la rencontre de ceux qu’il étudie, pour les observer, les écouter et comprendre leur vécu, à l’instar d’un réalisateur qui cherche à capturer le meilleur de ses acteurs pour son film.

Le terrain, c’est cette scène vivante où se déroulent les interactions sociales, où le chercheur devient un témoin privilégié des réalités qu’il tente de saisir. Il s’immerge dans l’environnement des individus, se fond dans le décor pour recueillir les dialogues et les gestes les plus authentiques, à la manière d’un cinéaste en quête de scènes parfaites pour son montage.

Chaque entretien mené, chaque observation réalisée sont autant de “rushs” que le chercheur recueille. Il joue avec l’écoute active, relance au bon moment, pousse les individus à décrire des routines si évidentes pour eux qu’ils n’en ont parfois pas conscience. Il tente, avec respect et empathie, d’entrer dans leur monde pour en extraire l’essence et pouvoir ensuite l’interpréter.

La phase de terrain en recherche qualitative est exigeante, intense, elle nécessite une endurance particulière. C’est une immersion totale dans son sujet d’étude, un engagement à la fois physique et mental. Il faut savoir se montrer curieux, patient, mais aussi suffisamment agile pour s’adapter à l’imprévu, tout comme un réalisateur face aux aléas d’un tournage.

Mais au-delà de ses défis, la phase de terrain offre une richesse inégalée. Elle permet de saisir la complexité des comportements humains, de mettre en lumière des nuances qui seraient restées invisibles en se contentant de données quantitatives. En cela, elle s’apparente à l’art du cinéma, qui réside dans sa capacité à capturer et à transmettre les émotions humaines.

Alors, comme Manon et son équipe qui s’apprêtent à sillonner les routes de l’Hérault, saluons tous les chercheurs qui, partout dans le monde, prennent la route de leur “terrain”. Ils sont les réalisateurs dévoués de cette aventure humaine qu’est la recherche qualitative.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (30 juin 2023). Le terrain en recherche qualitative : un studio de cinéma en plein air. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/snrw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search