De la fumée au-dessus des villes : Comment des feux de forêt canadiens peuvent affecter la qualité de l’air des États-Unis

Au cours des derniers jours, plus de 80 millions de personnes, du Midwest à la côte Est des États-Unis, ont été alertées de la mauvaise qualité de l’air. La cause ?

Crédit photo libre : Adam Wilson

La fumée des incendies de forêt au Canada (qui ont déjà consumé plus de 60 000 km carré de forêt) a franchi la frontière américaine. Un phénomène complexe qui a des conséquences directes sur notre quotidien et notre santé.

Nous ne sommes que le 28 juin, c’est l’été depuis 7 jours et les feux de forêt au Canada connaissent déjà une saison particulièrement agressive avec plus de 200 incendies “hors de contrôle”. En fait, ces incendies ont entraîné les émissions de particules les plus élevées jamais enregistrées pour le pays. Mais comment ces incendies, qui se déroulent à des centaines, voire des milliers de kilomètres, peuvent-ils affecter la qualité de l’air des villes américaines ? Pour le comprendre, nous devons d’abord comprendre ce que sont ces particules et comment elles se déplacent dans l’atmosphère.

Lorsqu’un incendie de forêt se déclare, il génère d’importantes quantités de fumée contenant de minuscules particules appelées PM2.5. Elles sont si petites que lorsqu’elles sont inhalées, elles peuvent pénétrer profondément dans nos poumons et perturber notre circulation sanguine. Ce polluant a été lié à un certain nombre de problèmes de santé, tels que l’asthme, les maladies cardiaques et d’autres maladies respiratoires.

Les vents atmosphériques peuvent transporter ces particules sur de grandes distances, dépassant souvent les frontières nationales. C’est pourquoi la fumée des incendies de forêt canadiens est arrivée jusqu’aux États-Unis, entraînant une mauvaise qualité de l’air dans plusieurs États et villes. Des lieux comme Chicago et Detroit ont même enregistré pendant plusieurs heures la pire qualité de l’air au monde.

Cela a entraîné des conséquences directes sur la vie des citoyens. Les plages ont été fermées, des alertes de visibilité réduite ont été émises, et il a été conseillé aux résidents de rester à l’intérieur ou, dans certaines régions, de porter des masques N95 s’ils doivent sortir. Cette situation a également eu un impact sur les activités en plein air, avec des écoles et des camps qui ont dû déplacer leurs activités à l’intérieur. Et ce panache de fumée devrait se rendre jusqu’en Europe !

Alors, qu’est-ce que cela nous enseigne ? Je parlais dans le billet d’hier de la nécessité d’agir collectivement. Et cela nous rappelle encore combien notre environnement est interconnecté. Les actions et les événements qui se produisent dans un endroit du globe peuvent avoir des conséquences sur des lieux situés à des milliers de kilomètres. Cela souligne également l’importance de traiter les problèmes environnementaux comme des défis mondiaux nécessitant une coopération internationale.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (28 juin 2023). De la fumée au-dessus des villes : Comment des feux de forêt canadiens peuvent affecter la qualité de l’air des États-Unis. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/snru


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search