Décryptage des tendances aux élections européennes : des Nations de l’équilibre précaire aux Bastions de la stabilité

Les élections européennes de 2024 ont une fois de plus mis en lumière la diversité des dynamiques politiques et socio-économiques à travers le continent. Il n’est pas nécessairement aisé de décrypter à chaud des tendances. Je vais pourtant essayer de prendre un peu de recul dans ce billet. Je propose ici une première analyse des pays européens en les regroupant selon des caractéristiques communes grâce à une méthode de clustering. Cette approche permet d’identifier des groupes de pays partageant des traits similaires afin de dégager des tendances communes et de comprendre la dynamique du vote et la montée de l’extrême droite.

Méthodologie

Pour cette analyse, j’ai sélectionné cinq variables simples qui sont disponibles pour les 27 pays de l’Union :

  • Scores des partis d’extrême droite
  • Taux de pauvreté
  • Rapport inter-décile (inégalités)
  • Taux de chômage
  • Satisfaction vis à vis du gouvernement

Les données ont été normalisées pour assurer une échelle uniforme, et l’algorithme de clustering K-means a été utilisé pour regrouper les pays. La méthode du coude (elbow method) a déterminé le nombre optimal de clusters.

Vous pouvez récupérer le tableur très simple ci-dessous :

Je précise qu’il s’agit d’une analyse à chaud à partir des résultats récoltés pendant la nuit.

À l’issue de l’analyse, il ressort trois clusters distincts. Chacun de ces clusters présente des caractéristiques spécifiques qui permettent de mieux comprendre les contextes nationaux. Nous les avons nommés pour faciliter leur identification et leur analyse.

Cluster 0 : “Nations de l’équilibre précaire”
Ce cluster regroupe des pays aux scores relativement élevés de l’extrême droite, avec des taux de pauvreté et de chômage moyens, et des niveaux de satisfaction gouvernementale bas. Ces pays naviguent souvent des tensions socio-économiques modérées sans caractéristiques extrêmes.

Cluster 1 : “États en quête de stabilité”
Ce cluster comprend des pays avec des scores d’extrême droite moyens ou élevés, des taux de pauvreté et de chômage plus élevés, et une satisfaction vis-à-vis du gouvernement basse et très basse. Ces nations sont souvent en transition, cherchant à stabiliser leurs économies et leurs sociétés.

Cluster 2 : “Bastions de la stabilité”
Ce cluster regroupe des pays avec des scores d’extrême droite bas, des taux de pauvreté et de chômage faibles, et une satisfaction gouvernementale élevée. Ces pays se distinguent par leur stabilité socio-économique et politique.

Cluster 0 : “Nations de l’équilibre précaire”

Ce cluster regroupe des pays aux scores relativement élevés de l’extrême droite, des taux de pauvreté et de chômage modérés ou moyens. Les niveaux de satisfaction gouvernementale varient, mais tendent à être relativement bas. Ces pays naviguent souvent des tensions socio-économiques modérées sans caractéristiques extrêmes.

Les pays inclus dans ce cluster sont la France, la Belgique, la République tchèque, l’Allemagne, la Hongrie, l’Autriche, la Pologne et la Slovaquie.

La France est un exemple typique de ce cluster. Avec un taux de chômage de 7,5% et une satisfaction gouvernementale moyenne à basse, le pays affiche une certaine stabilité socio-économique qui masque toutefois la montée des inégalités. Le score élevé du Rassemblement National (31.4%) montre une influence significative de l’extrême droite, reflétant des tensions sociales et politiques sous-jacentes.

En Belgique, le taux de chômage est modéré à 5,6%, et la satisfaction vis-à-vis du gouvernement est également moyenne. Le Vlaams Belang, avec un score de 19,08%, illustre la présence notable de l’extrême droite dans le paysage politique. Bien que le pays soit stable, ces scores indiquent des préoccupations sociales et économiques persistantes.

La Hongrie présente un taux de chômage très faible de 3,8% et une satisfaction gouvernementale moyenne. Le parti Jobbik, bien qu’ayant perdu de son influence, maintient toutefois une présence significative avec un score de 12,8%. Ce contexte souligne des tensions politiques et économiques modérées, avec des préoccupations liées à la stabilité du gouvernement et à la satisfaction des citoyens.

Les “Nations de l’équilibre précaire” montrent une certaine stabilité socio-économique avec des taux de pauvreté et de chômage modérés. Cependant, la diversité des scores de l’extrême droite et des niveaux de satisfaction gouvernementale indique des dynamiques internes variées. Ces pays doivent naviguer des contextes politiques et économiques spécifiques qui influencent la satisfaction et la stabilité. Les scores significatifs des partis d’extrême droite dans ces nations reflètent une insatisfaction sous-jacente et des défis socio-économiques qui, bien que modérés, nécessitent une attention continue pour maintenir l’équilibre. Les politiques doivent donc être adaptées pour répondre aux préoccupations sociales et économiques tout en stabilisant les tensions politiques.

Cluster 1 : “États en quête de stabilité”

Ce cluster comprend donc des pays avec des scores d’extrême droite relativement hauts, des taux de pauvreté et de chômage généralement plus élevés, et une satisfaction vis-à-vis du gouvernement plutôt basse. Ces nations sont souvent en transition, cherchant à stabiliser leurs économies et leurs sociétés tout en faisant face à des défis socio-économiques importants.

Les pays inclus dans ce cluster sont l’Italie, l’Espagne, la Bulgarie, l’Estonie, la Grèce, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et le Portugal.

L’Italie est un excellent exemple de ce cluster. Avec un taux de chômage de 9,1% et un taux de pauvreté élevé, le pays connaît des défis économiques significatifs. La satisfaction vis-à-vis du gouvernement est également basse, ce qui reflète les difficultés que rencontrent les citoyens dans leur vie quotidienne. Les partis d’extrême droite, comme la Lega, ont une influence notable dans le paysage politique.

L’Espagne partage des caractéristiques similaires avec un taux de chômage élevé à 12,7% et des taux de pauvreté importants. La satisfaction gouvernementale est faible, ce qui est symptomatique des tensions socio-économiques. Le parti d’extrême droite Vox a réussi à gagner du terrain, mais son influence reste modérée comparée aux autres forces politiques.

La Grèce, avec son histoire récente de crise économique sévère, illustre parfaitement ce cluster. Le taux de chômage est l’un des plus élevés en Europe, à 12,1%, et les taux de pauvreté sont également préoccupants. La satisfaction vis-à-vis du gouvernement est basse, ce qui est compréhensible compte tenu des difficultés économiques continues. L’extrême droite, représentée par des partis comme Aube Dorée, a eu une présence notable, bien que leur influence soit limitée par rapport aux années précédentes.

Les “États en quête de stabilité” se battent contre des niveaux élevés de pauvreté et de chômage, ce qui alimente un sentiment de mécontentement envers les gouvernements en place. Ces pays sont souvent en transition, cherchant à réformer leurs systèmes économiques et politiques pour mieux répondre aux besoins de leurs populations. La montée des partis d’extrême droite dans ces pays est significative, reflétant un désir de changement et de nouvelles solutions aux problèmes persistants. La route vers la stabilité est clairement semée d’embûches.

Cluster 2 : “Bastions de la stabilité”

Ce cluster regroupe des pays avec des scores d’extrême droite bas, des taux de pauvreté et de chômage faibles, et une satisfaction gouvernementale élevée. Ces pays se distinguent par leur stabilité socio-économique et politique, créant un environnement où les partis d’extrême droite ont peu de prise.

Les pays inclus dans ce cluster sont le Danemark, l’Irlande, Chypre, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Finlande et la Suède.

Le Danemark est un modèle de stabilité socio-économique. Le taux de chômage est bas, autour de 4.2%, et la satisfaction gouvernementale est élevée, reflétant une confiance généralisée dans les institutions. Le pays a également un faible taux de pauvreté. Les partis d’extrême droite, bien qu’existants, n’ont qu’une influence marginale sur la politique nationale, comme le montre le faible score des partis comme le Parti Populaire Danois (DF).

Aux Pays-Bas, le taux de chômage est également bas, à 3.5%, et la satisfaction vis-à-vis du gouvernement est élevée. Le pays affiche des taux de pauvreté faibles et un niveau de vie élevé. Bien que le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders soit une présence notable, son influence reste limitée par rapport aux principaux partis politiques, grâce à une forte confiance dans les institutions démocratiques et sociales.

La Suède, avec un taux de chômage de 7.4% et une satisfaction gouvernementale élevée, illustre bien ce cluster. Le taux de pauvreté est bas, et les inégalités sont relativement contenues. Les Démocrates de Suède, bien qu’influents, n’ont pas réussi à dominer le paysage politique, en grande partie en raison de la confiance élevée des citoyens dans les institutions gouvernementales et sociales.

Les “Bastions de la stabilité” se caractérisent par une combinaison de faibles taux de chômage et de pauvreté, ainsi que par une haute satisfaction gouvernementale. Ces pays bénéficient de systèmes sociaux robustes et de gouvernements efficaces qui inspirent la confiance et la satisfaction de leurs citoyens. Cette stabilité crée un environnement où les partis d’extrême droite ont du mal à gagner du terrain, car les citoyens sont globalement satisfaits de la direction du pays. Les politiques économiques et sociales inclusives de ces nations jouent un rôle clé dans leur capacité à maintenir cette stabilité et à prévenir l’émergence de mouvements extrémistes significatifs.

Que retenir ?

Cette rapide analyse des résultats aux élections européennes de 2024 révèle des dynamiques socio-économiques et politiques. Nous proposons ici une présentation en 3 segments que nous avons appelés Clusters. Chacun de ces clusters présente des caractéristiques spécifiques qui nous permettent de comprendre les comportements électoraux et la montée ou la stagnation des partis d’extrême droite dans des contextes nationaux diversifiés en lien avec des variables socio-économiques simples.

Les “Nations de l’équilibre précaire” montrent une stabilité socio-économique relative avec des taux de pauvreté et de chômage modérés, mais cette apparence de stabilité masque souvent des tensions internes. Les scores significatifs des partis d’extrême droite dans ces pays, comme en France et en Belgique, peuvent être compris à travers le prisme de la théorie de la démocratie contestataire (Mudde, 2019), qui met en évidence le rôle des institutions perçues comme inefficaces ou injustes dans le soutien aux alternatives populistes. La diversité des niveaux de satisfaction gouvernementale dans ces pays reflète également des dynamiques politiques internes complexes, influencées par des facteurs économiques et sociaux variés.

Les “États en quête de stabilité” se caractérisent par des taux de pauvreté et de chômage élevés et une faible satisfaction vis-à-vis des gouvernements, ce qui reflète des transitions socio-économiques difficiles. Dani Rodrik (2017) souligne que les ajustements structurels dans ces économies peuvent exacerber les inégalités et le mécontentement populaire, rendant les appels populistes et extrémistes plus attrayants. Les exemples de l’Italie et de l’Espagne montrent comment les crises économiques successives et les réponses politiques insuffisantes peuvent créer un terrain fertile pour les mouvements populistes. La perception d’injustice sociale et de marginalisation économique alimente le soutien aux partis d’extrême droite, qui promettent des solutions radicales et immédiates.

Les “Bastions de la stabilité” représentent des pays où la confiance institutionnelle et la satisfaction gouvernementale sont élevées. Francis Fukuyama (2020) et Robert Putnam (2020) ont montré que des institutions robustes et efficaces, associées à un haut niveau de capital social, créent un environnement où les mouvements extrémistes ont peu de prise. Les faibles taux de pauvreté et de chômage dans ces pays, comme au Danemark et aux Pays-Bas, combinés à une gouvernance efficace, favorisent une stabilité politique et économique. Cette stabilité rend l’attrait des partis d’extrême droite moins puissant, car les citoyens sont globalement satisfaits des performances de leurs institutions démocratiques.

En prenant du recul, il devient plus évident que les dynamiques observées dans ces clusters sont liées à des interactions entre les contextes économiques, les perceptions de justice sociale et la confiance institutionnelle. Arend Lijphart (2012) a soutenu que la résilience démocratique dépend en grande partie de la capacité des institutions à répondre efficacement aux besoins socio-économiques de leurs citoyens. Les pays qui réussissent à maintenir une cohésion sociale et économique solide sont mieux équipés pour résister aux appels populistes et extrémistes.

Cette analyse souligne le rôle de politiques publiques inclusives et adaptatives. Les décideurs politiques en étant attentifs aux signaux de mécontentement sont mieux outillés pour répondre aux défis socio-économiques avant qu’ils ne se transforment en crises politiques. Une approche proactive et préventive, s’appuyant sur des institutions solides et une gouvernance réactive et inclusive, favorise une stabilité durable.

Je reonnais que cette analyse menée pendant la nuit pour une première mise en perspective à chaud demande à être approfondie. Cela permettra de mieux comprendre comment les tendances actuelles évoluent et se confrontent et quels leviers peuvent être les plus efficaces pour renforcer la cohésion sociale et la résilience démocratique en Europe.


Références :

  • Mudde, C. (2019). The Far Right Today. Polity.
  • Rodrik, D. (2017). Straight Talk on Trade: Ideas for a Sane World Economy. Princeton University Press.
  • Fukuyama, F. (2020). Identity: Contemporary Identity Politics and the Struggle for Recognition. Profile Books.
  • Putnam, R. D. (2020). The Upswing: How America Came Together a Century Ago and How We Can Do It Again. Simon & Schuster.
  • Lijphart, A. (2012). Patterns of Democracy: Government Forms and Performance in Thirty-Six Countries. Yale University Press.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (10 juin 2024). Décryptage des tendances aux élections européennes : des Nations de l’équilibre précaire aux Bastions de la stabilité. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sj4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search