Les organisations de santé vues sous l’angle de la complexité, un livre de Paul Lamarche et Lara Maillet

Dans un contexte où les problèmes publics se heurtent désormais quasi systématiquement à des questions de plus en plus complexes, il est impératif de revoir nos approches. Le livre “Les organisations de santé vues sous l’angle de la complexité” de Paul Lamarche et Lara Maillet, publié il y a quelques jours, me semble à ce titre être une ressource précieuse. Cet ouvrage met en lumière les enjeux et propose des solutions adaptées aux défis contemporains des systèmes de santé. ET quoi de plus complexe que la santé ?

Alors que je discutais récemment des problématiques de mobilité, il devient clair que la complexité doit être au centre de notre réflexion sur l’ensemble des réformes publiques. Ce livre est ainsi salutaire sous de nombreux aspects.

Constat sur la situation actuelle

Les systèmes de santé ont entrepris de nombreuses transformations pour répondre aux attentes des populations et des professionnels, intégrer les avancées technologiques et maîtriser les coûts. Cependant, les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances. Des exemples comme les fusions horizontales et verticales, censées générer des économies d’échelle, montrent des résultats décevants avec des coûts toujours en hausse malgré des mesures contraignantes couplées à un échec de rendre un meilleur service aux patients.

Analyse des propositions du livre

Lamarche et Maillet avancent trois raisons principales pour expliquer cet écart entre attentes et réalité : le manque de décision, le manque d’implantation et l’erreur de conceptualisation. Cette dernière, notamment, souligne que les réformes sont souvent basées sur des postulats idéologiques plutôt que scientifiques, ne tenant pas compte de la complexité intrinsèque des organisations de santé.

Solutions possibles selon les auteurs

Les auteurs proposent une vision différente, basée sur la complexité plutôt que sur une approche mécanique et linéaire. Ils font valoir que les systèmes de santé doivent être compris et réformés en tenant compte de leurs dynamiques complexes et interdépendantes.

Aborder la complexité dans le domaine de la santé publique, c’est aussi s’inspirer des travaux d’Edgar Morin. Morin propose une pensée complexe qui rejette la simplification excessive et invite à considérer les phénomènes dans leur globalité et leurs interactions. Selon lui, comprendre un système, c’est reconnaître les multiples dimensions et interconnexions qui le composent. Cette approche résonne particulièrement avec les défis des organisations de santé, où les interactions entre les différents acteurs, les dynamiques internes et l’environnement externe doivent être analysées conjointement.

Lors des Assises Nationales de la Participation Citoyenne en 2012 à Bordeaux, j’ai eu l’occasion de débattre avec Patrick Viveret sur ces thèmes dans un atelier intitulé “Complexité, capacitation, participation“. Nous avions discuté de la manière dont la complexité technique et la diversité des acteurs dans les projets publics peuvent freiner la participation citoyenne. La complexité ne doit pas être vue comme un obstacle, mais comme une richesse, voire un levier à exploiter pour favoriser l’intelligence collective et la co-construction des solutions. En s’inspirant de Morin, nous pouvons mieux intégrer les savoirs citoyens et experts, et ainsi développer des approches plus inclusives et efficaces pour les réformes de santé publique.

Mais revenons sur le le livre de Maillet et Lamarche en résumant très (trop) rapidement ses idées principales :

Chapitre 1 : La dynamique des organisations vues sous l’angle de la complexité

Lamarche et Maillet expliquent que la dynamique des organisations de santé est émergente, changeante, évolutive, non linéaire, et dépendante de l’interaction avec leur environnement. Ils soulignent l’importance de l’auto-organisation, où les acteurs au sein des organisations adaptent leurs comportements en réponse aux interactions locales, et de l’auto-éco-organisation (j’adore ce terme !), où les organisations s’adaptent aux changements dans leur environnement.

Chapitre 2 : La dynamique des organisations selon une vision mécanique et selon une vision complexe

Le deuxième chapitre met en contraste la vision mécanique traditionnelle des organisations, où tout est hiérarchisé et linéaire, avec la vision complexe, qui met l’accent sur les acteurs et leurs relations dynamiques. La vision mécanique se concentre sur l’objectif à atteindre et sur la rationalisation des ressources pour optimiser la performance. En revanche, la vision complexe valorise les interactions et les processus émergents, reconnaissant que les organisations sont influencées par des dynamiques non linéaires et adaptatives. C’est là, je trouve que l’on perçoit à quel point les situations complexes seront hermétiques aux solutions simples. Lamarche et Maillet le disent avec douceur et pudeur, mais le constat est limpide.

Chapitre 3 : Les actrices et acteurs des organisations vues sous l’angle de la complexité et leurs relations

Ce chapitre approfondit la compréhension des organisations de santé en se focalisant sur les individus qui les composent et les relations qu’ils entretiennent. Lamarche et Maillet mettent en avant trois caractéristiques distinctives : le nombre, la diversité et l’interdépendance des acteurs. Ils soulignent que les interactions entre ces acteurs sont essentielles pour comprendre la dynamique organisationnelle. En particulier, ils expliquent que les relations entre les acteurs influencent fortement les résultats des soins et la satisfaction des professionnels. Les auteurs discutent également des défis liés à la gestion de cette interdépendance et de la nécessité de redondance fonctionnelle pour assurer la résilience et l’adaptabilité des organisations de santé.

Chapitre 4 : La dynamique des organisations vues sous l’angle de la complexité

Le quatrième chapitre se concentre sur six caractéristiques principales de la dynamique des organisations de santé sous l’angle de la complexité :

  1. La dynamique organisationnelle est émergente, résultant des interactions entre les acteurs.
  2. Les organisations évoluent constamment, passant par des périodes de stabilité et de perturbation.
  3. Les dynamiques sont imprévisibles et non linéaires.
  4. Les organisations suivent des schémas de comportement récurrents et imprévisibles.
  5. Les organisations présentent des motifs similaires à différentes échelles.
  6. La performance organisationnelle dépend de l’adaptation et de l’interdépendance avec l’environnement.

Chapitre 5 : Performance et interdépendance avec l’environnement des organisations vues sous l’angle de la complexité

Le cinquième chapitre traite de la performance des organisations de santé en relation avec leur environnement. Lamarche et Maillet mettent en évidence que dans une vision complexe, la performance des organisations est liée à leur capacité d’adaptation à l’environnement. Ils proposent une analyse basée sur la théorie de Kauffman, expliquant que la performance dépend de la complexité interne des organisations (nombre et interdépendance des composants) et de la complexité externe (environnement). Les organisations doivent évoluer et coévoluer avec leur environnement pour maintenir leur performance. Ils illustrent ce concept avec des études de cas au Québec, montrant comment différentes organisations de santé ont réussi ou échoué en fonction de leur interdépendance avec leur environnement.

Conclusion : Pistes de réflexion pour les gestionnaires, les professionnels et les étudiants

Dans leur conclusion, Lamarche et Maillet proposent trois grands axes de changement pour passer d’une vision mécanique à une vision complexe et ainsi réduire l’écart entre les effets attendus et les effets réels des transformations :

  1. Comprendre les organisations de santé à travers leurs caractéristiques complexes (acteurs, dynamique, interdépendance) permet de voir leurs fonctionnements et problèmes sous un angle différent et de mettre en évidence des solutions inédites.
  2. Les systèmes de santé performants mettent en place des conditions favorables pour améliorer les compétences de dialogue, de coconstruction et de coévolution des acteurs. Cela nécessite une gouvernance dialogique et émergente.
  3. La performance des organisations est influencée par leur interdépendance avec un environnement complexe. Les réformes doivent se concentrer sur l’adaptation des organisations à leur environnement plutôt que sur l’augmentation de leur complexité interne.

Reconnaître le potentiel de la complexité permet de mieux comprendre et transformer les organisations de santé. Cette vision est susceptible de pallier l’erreur de conceptualisation sur laquelle reposent généralement les réformes actuelles des systèmes de santé, et d’accroître la pertinence et l’utilisation des résultats de recherche en organisation et politique de santé.

Importance pour les décideurs et étudiants

Ce livre est une lecture essentielle pour les décideurs actuels et futurs. Les étudiants, en particulier, bénéficieront d’une compréhension bien plus approfondie des dynamiques complexes qui animent les organisations de santé, les préparant à des carrières où ils devront naviguer ces réalités complexes pour apporter des solutions efficaces. Je vous encourage à lire ce livre et à réfléchir à la manière dont nous pouvons intégrer cette vision complexe dans notre approche des réformes de santé publique et même en général.

Références :

  • Lamarche, P. A., & Maillet, L. (2024). Les organisations de santé vues sous l’angle de la complexité. Presses de l’Université Laval.
  • Morin, E. (1988). Le défi de la complexité. Chimères. Revue des schizoanalyses5(1), 1-18.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (24 mai 2024). Les organisations de santé vues sous l’angle de la complexité, un livre de Paul Lamarche et Lara Maillet. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11px5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search