Une année au cœur de la créativité : mon voyage avec le Grand Théâtre de Québec

Lorsque j’ai commencé mon parcours pour accompagner le Grand Théâtre de Québec dans l’élaboration de son Plan Stratégique, je ne savais pas à quel point cette expérience allait me transformer. C’était bien plus qu’un projet professionnel : c’était une immersion dans un univers où la passion, la créativité et l’innovation ne connaissent pas de limites. Cet article raconte l’histoire de cette aventure extraordinaire, teintée d’émotions profondes et d’apprentissages inestimables.

La récente disparition de Karl Tremblay, le chanteur emblématique des Cowboys Fringants, a ajouté une dimension particulièrement poignante à cette expérience. Karl et moi partagions plus que quelques points communs ; nos chemins s’étaient croisés depuis 2006 et notre première rencontre à Paris. Nous avons le même âge et nos enfants aussi ont le même âge. Sa musique a accompagné de nombreux moments clés de ma vie.

Lors de la représentation de “Pub Royal” hier soir au Grand Théâtre, hommage vibrant à l’œuvre des cowboys et à son esprit, j’ai été submergé par un mélange d’émotion et de nostalgie. Cet événement est venu souligner la puissance et l’importance de l’art dans nos vies.

Dans ce billet, je souhaite partager avec vous non seulement les défis et les réussites liés à l’élaboration d’un plan stratégique pour une institution culturelle d’envergure, mais aussi les leçons de vie que cette aventure m’a enseignées. De la rigueur nécessaire pour respecter les contraintes d’une société d’État aux moments d’inspiration pure offerts par les créateurs de génie, chaque étape de ce voyage a été un véritable enseignement.

L’Âme culturelle de Québec : Le Grand Théâtre

Le Grand Théâtre de Québec, un joyau architectural et culturel, se dresse fièrement depuis des décennies comme un pilier incontournable de la scène artistique québécoise. Cet édifice, qui a ouvert ses portes en 1971, est bien plus qu’un simple lieu de spectacle. Il représente un carrefour d’échanges, d’innovations et d’expressions artistiques, où les créateurs et les passionnés d’art se rencontrent et partagent des expériences inoubliables.

La mission de la Société d’État du Grand Théâtre est aussi vaste que noble. Elle vise à promouvoir les arts de la scène, en offrant une scène aux talents locaux et internationaux, mais aussi en étant un vecteur de diffusion culturelle accessible à tous. Le défi est de taille : comment concilier la nécessité d’une gestion rigoureuse, propre à toute société d’État, avec la liberté créative indispensable au monde artistique ? Dans cet univers où chaque décision a un impact sur la scène culturelle, le Grand Théâtre se doit d’être un précurseur, un innovateur et un gardien des arts vivants. La gestion de cette institution n’est pas seulement une question de chiffres et de stratégies, mais aussi une affaire de passion et de vision artistique. Le Grand Théâtre, avec son histoire riche et son avenir prometteur, est un symbole puissant de la vitalité culturelle de Québec. Sa mission transcende la simple présentation de spectacles ; elle s’inscrit dans une volonté de faire rayonner les arts vivants et de les rendre accessibles, tout en s’adaptant aux réalités changeantes du monde moderne.

Forger l’avenir : l’art de créer un Plan Stratégique

Un plan stratégique, c’est comme une boussole pour une institution : il oriente ses actions, définit ses objectifs et trace la voie vers l’avenir.

Comprendre et construire un Plan Stratégique

Avant de plonger dans le vif du sujet, il est essentiel de comprendre ce qu’est un plan stratégique. Un plan stratégique est un document qui définit la vision à long terme d’une organisation, ses objectifs clés, les stratégies pour les atteindre et les moyens de mesurer les progrès. Il sert de guide pour orienter les décisions et les actions futures, assurant ainsi que l’organisation reste sur la voie de ses ambitions. Dans le cas du Grand Théâtre de Québec, la construction du plan stratégique a été une démarche méthodique et participative. Elle a commencé par une analyse approfondie des besoins, des opportunités et des défis auxquels le théâtre était confronté. Cette phase d’analyse a inclus des consultations avec les parties prenantes internes et externes, allant des employés aux artistes, en passant par les partenaires et le public.

Gouvernance du projet de Planification Stratégique

La gouvernance de ce projet était une pièce maîtresse de son succès. Une équipe de projet dédiée, composée de membres de divers départements du théâtre, a été mise en place pour piloter l’initiative. Cette équipe était responsable de la coordination des activités, de la collecte des données, de l’analyse des informations et de la rédaction du plan. Des comités consultatifs et des groupes de travail ont également été formés pour aborder des aspects spécifiques tels que la programmation artistique, le développement durable et l’inclusion. Des sessions de brainstorming, des ateliers de travail et des réunions régulières ont permis d’assurer une collaboration étroite et une communication fluide entre tous les intervenants. L’accent a été mis sur l’écoute, la créativité et l’innovation, tout en veillant à rester aligné avec les contraintes réglementaires. La validation des étapes clés par la direction du théâtre, ainsi que par les autorités gouvernementales compétentes, a garanti que le plan stratégique restait aligné avec les attentes et les exigences légales. Ce processus de gouvernance a permis non seulement de créer un plan stratégique robuste et réaliste, mais aussi de le doter d’une légitimité et d’une acceptation larges au sein de l’organisation et au-delà.

Pour le Grand Théâtre de Québec, l’élaboration de ce plan ne fut pas un simple exercice bureaucratique, mais un projet passionnant, mêlant rigueur et créativité. Au cœur de ce projet, l’interaction entre les idées visionnaires et les impératifs de gestion sont déterminants. Chaque étape, de l’analyse des besoins à la définition des objectifs et stratégies, a nécessité une réflexion profonde et une collaboration étroite entre tous les acteurs impliqués.

En tant que société d’État, le Grand Théâtre a dû naviguer dans un cadre réglementaire strict. Les objectifs fixés devaient être SMART – Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes et Temporellement définis. Ce cadre a imposé des contraintes, mais a également guidé l’équipe vers une plus grande précision et efficacité dans la planification. La validation ministérielle et les approbations du Secrétariat du Conseil du Trésor ont ajouté une autre couche de complexité. Chaque proposition devait être soigneusement élaborée, justifiée et alignée avec les politiques gouvernementales.

Mais au-delà de ces aspects techniques, il y avait un défi tout aussi important : maintenir l’esprit créatif et innovateur qui caractérise le monde des arts. Comment intégrer les aspirations artistiques dans un cadre stratégique rigide ? Comment assurer que le plan stratégique ne soit pas seulement un document de gestion, mais aussi un reflet de l’ambition artistique et culturelle du Grand Théâtre ? Ce fut une tâche exaltante, où la rigueur administrative s’est harmonieusement mêlée à l’audace créative. Le plan stratégique qui en a résulté est un témoignage de cette synergie, offrant une vision claire pour l’avenir tout en célébrant l’essence artistique du Grand Théâtre de Québec.

Dialogues inspirants avec les acteurs culturels

Ma collaboration avec le Grand Théâtre de Québec m’a offert des moments privilégiés de rencontres avec les acteurs culturels de la scène québécoise. Ces interactions ont été des sources d’inspiration inestimables et ont profondément influencé l’élaboration du plan stratégique.

Passions et défis des créatifs

Lors de ces échanges, j’ai été frappé par la passion intense que tous ces professionnels aux compétences aussi poussées que complémentaires dégagent pour leur métier. Chacun d’entre eux parlait de son domaine avec une émotion palpable, reflétant un dévouement total à la création culturelle. Mais derrière cette passion, il y avait aussi des récits de luttes : budgets serrés, défis logistiques, pressions temporelles, et la quête constante de financement. Ce qui m’a le plus marqué, c’était leur capacité à transformer ces difficultés en opportunités créatives, en trouvant des solutions innovantes pour surmonter les obstacles.

Influence sur le Plan Stratégique

Ces dialogues ont été essentiels pour construire un plan stratégique réellement en phase avec les besoins et les aspirations du secteur culturel. Par exemple, les discussions sur les défis budgétaires ont souligné la nécessité d’élaborer des stratégies de financement plus diversifiées et créatives. Les conversations sur les contraintes logistiques ont conduit à envisager des solutions technologiques modernes pour améliorer la gestion des opérations. Et les échanges sur les aspirations artistiques ont inspiré des idées pour de nouvelles initiatives de programmation qui refléteraient mieux la diversité et la richesse culturelle de Québec ainsi que l’ouverture aux familles et à la médiation, la diversité de la programmation, la qualité de l’accueil…

Une Source d’inspiration pour un avenir durable et inclusif

Ces interactions m’ont également aidé à comprendre l’importance de construire un avenir plus durable et plus inclusif pour le Grand Théâtre. Les créatifs ont exprimé un désir profond de voir leur espace de travail devenir un lieu où l’écologie, la diversité et l’inclusion ne sont pas des mots à la mode, mais des réalités vécues et intégrées dans chaque aspect de leur travail. Ces idées ont trouvé leur place dans le plan stratégique et dans le plan développement durable qui vient comme un complément tout aussi stratégique mais plus précis encore. Le Grand Théâtre n’est clairement pas seulement un lieu de spectacle, mais aussi un espace de rencontre et de partage pour toute la communauté. Ces rencontres avec les acteurs du Grand Théâtre ont été plus qu’une série de discussions : elles ont été une source d’apprentissage, d’inspiration et un rappel puissant que derrière chaque projet culturel, il y a des histoires humaines profondes et des passions qui méritent d’être nourries et soutenues.

Hommage à Karl Trembay : un lien indélébile

Rencontre mémorable à Paris

Ma rencontre avec Karl Trembay remonte à 2006, à Paris, juste avant son premier Olympia. Ce moment reste gravé dans ma mémoire comme un tournant culturel et personnel. Les Cowboys Fringants, avec leur énergie et leur poésie, ont jalonné mon parcours et accompagné de nombreux moments significatifs de ma vie. Leur musique, à la fois enjouée et engagée, a tissé un lien fort entre moi et la culture québécoise, bien avant mon arrivée au Canada. Chaque chanson résonnait en moi, écho d’une vie que je menais à des milliers de kilomètres de leur Québec. Leur musique, alliant joie, gravité et engagement social, a tissé un lien précoce et fort avec la culture québécoise, alors que ma vie professionnelle dans l’administration et la politique semblait à l’opposé de leur univers rebelle.

Partages inattendus et moments de convivialité

Je me souviens encore de cette pizza froide partagée dans un pub de Terrebonne, moment impromptu où la simplicité et la spontanéité de Karl m’avaient frappé. Ou encore, ces bières dans une cave à Repentigny, où, malgré nos mondes apparemment distincts, nous trouvions un terrain d’entente dans nos discussions, Karl toujours plus élégant que moi, avec cette touche de rébellion au cœur tendre. Ces moments partagés, bien que rares, étaient des fenêtres sur un monde différent du mien, un monde où l’art et la musique s’entremêlent avec la vie quotidienne et les luttes sociales. Karl, avec son esprit rebelle et son élégance naturelle, contrastait fortement avec mon univers d’administrateur et de politicien. Pourtant, dans ces instants de partage, nos différences semblaient s’estomper, laissant place à une amitié et à une admiration.

Une inspiration qui perdure

Le décès de Karl Trembay est une perte immense, pas seulement pour le monde de la musique, mais aussi personnellement. Il a laissé une empreinte indélébile dans ma vie, m’inspirant à voir au-delà des conventions et à embrasser des perspectives plus vastes et plus humaines. Sa musique et nos rencontres restent gravées en moi comme des rappels de la puissance de l’art pour relier les gens, au-delà des frontières et des différences.

Une soirée chargée d’émotions au Grand Théâtre

Et hier soir, ces parcours se sont rejoints. Le plan stratégique et les cowboys fringants étaient unis sur la scène de la salle Louis Fréchette.

En effet, le spectacle “Pub Royal” au Grand Théâtre de Québec a pris, hier soir, une dimension tout à fait particulière. Dans cette salle devenue emblématique pour moi, l’ambiance était électrique, chargée d’une émotion palpable. Le contexte du décès récent de Karl rendait chaque chanson, chaque note, chaque parole plus poignante. Nous étions entourés de Marie-Annick, Pauline, Simone, Jérome et JF et avec toute la salle, nous avons vécu une expérience qui oscillait entre hommage vibrant et célébration de sa vie. Chaque morceau interprété prenait une teinte nouvelle, reflétant à la fois la perte et la gratitude pour l’héritage laissé par Karl. La salle, pleine à craquer, vibrait au rythme des chansons emblématiques des Cowboys Fringants, transformant le spectacle en un espace de recueillement collectif. Il y avait des larmes, des rires, des applaudissements nourris, et un sentiment d’unité et de solidarité qui dépassait les mots.

Résonance avec le Plan Stratégique

Ce moment a résonné profondément avec ma mission au Grand Théâtre. Il m’a rappelé combien les arts vivants sont essentiels, non seulement pour le divertissement, mais aussi pour le partage d’émotions collectives, pour la construction de la mémoire commune et pour l’expression de notre humanité. Cette soirée était un rappel puissant de l’importance de soutenir et de valoriser les arts, et de leur capacité à nous unir dans les moments de joie comme de tristesse. En quittant le Grand Théâtre hier soir, je me suis senti profondément connecté à cette communauté artistique et culturelle, et plus que jamais engagé à contribuer à son épanouissement et à sa reconnaissance.

Analyse et réflexions : l’essence de l’art et de la culture

L’art et la culture sont plus qu’une simple expression de créativité ; ils sont le reflet de notre société, un miroir de nos vies et de nos aspirations. Mon immersion dans le monde du Grand Théâtre de Québec m’a permis de vivre cette vérité de manière très concrète. J’ai observé comment l’art peut à la fois questionner et consoler, déranger et unir. La capacité de l’art à créer du dialogue, à susciter l’empathie et à élargir nos horizons est inestimable. Cette expérience m’a appris que derrière chaque spectacle, il y a une myriade d’histoires, de luttes et de triomphes. J’ai vu de près comment les artistes et les professionnels du théâtre travaillent avec passion et dévouement, souvent dans l’ombre, pour apporter ces moments magiques au public. Chaque répétition, chaque décision technique, chaque choix de mise en scène est un acte d’engagement envers l’art et son pouvoir de transformation.

L’art n’est pas un luxe, mais une nécessité. Il nourrit l’âme et forge notre conscience collective. Mon passage au Grand Théâtre de Québec a été un voyage intérieur enrichissant, me faisant prendre conscience de l’impact profond de l’art sur notre vie. Cela m’a aussi rappelé que nous avons tous un rôle à jouer pour soutenir et valoriser nos institutions culturelles. L’art ne devrait pas être dans les couloirs des ministères, une affaire de chiffre et d’équivalent temps complet … Je vous invite à réfléchir sur la place de l’art dans votre vie. Comment les spectacles, la musique, la littérature ou toute autre forme d’expression artistique vous ont-ils influencé ? Comment pouvons-nous, en tant que communauté, encourager et soutenir l’effervescence créative dans nos villes et nos quartiers ? L’art est un langage universel, une force unificatrice qui transcende les frontières et les différences. Il est essentiel de nourrir cette flamme, de laisser l’art nous émouvoir, nous interroger et nous inspirer. Soutenir l’art, c’est investir dans notre humanité commune.

Post-scriptum : hommage à Karl Tremblay

Le décès de Karl Tremblay est une perte immense pour la communauté artistique, un vide laissé dans l’univers de la musique et de la culture québécoise. Il était une figure emblématique, un artiste au grand cœur, dont les chansons ont résonné bien au-delà des scènes et des salles de concert. En ces moments de tristesse, je souhaite partager un message d’espoir et de réconfort. La musique de Karl et des Cowboys Fringants continuera à vivre, à inspirer et à élever nos âmes.

Et pour rendre hommage à cet artiste hors du commun, je partage avec vous ce poème, écrit humblement, qui reflète l’empreinte indélébile laissée par Karl Tremblay dans nos cœurs et nos vies :

Poème en hommage à Karl Tremblay

Sous le ciel d’une Toune d’automne où chante la vie,
Les souvenirs de Karl dansent, légers et infinis.
Comme un Chêne et roseau, résistant et hardi,
Il a semé des rires, des chants, dans nos esprits.

Au rythme des Étoiles filantes, son héritage s’illumine,
Droit devant, il a navigué, sur des vagues divines.
Dans chaque coin de L’Amérique qui pleure de rire,
Résonne sa voix, un écho qui jamais ne se retire.

Sur mon épaule, je sens la chaleur de ses mélodies,
Dans Les maisons toutes pareilles, vibrent ses harmonies.
Ici-bas, Karl a laissé une trace indélébile,
Dans les cœurs, il vit, immortel et sublime.

Tant qu’on aura de l’amour, son chant résonnera,
Comme une Marine marchande, sa musique voguera.
Dans chaque Sous-sol, chaque rue, chaque toit,
L’esprit de Karl s’éveille, joyeux et plein d’émoi.

Dans ce monde en couleur, Octobre sourit encore,
Chaque 8 secondes porte son rire, tel un trésor.
Entre deux taxis, sous la pluie ou le soleil d’or,
La voix de Karl s’élève, un refrain qu’on adore.

Ainsi, dans cette célébration de notes et de rires,
Karl Tremblay danse, loin des soupirs.
Son œuvre, un cadeau, un éternel plaisir,
Dans nos cœurs, pour toujours, il va fleurir.

La perte d’une telle personnalité est un rappel de la fragilité de la vie et de la puissance de l’art.

Comme Karl Tremblay a su le faire, continuons à semer de la joie, de la musique et de l’amour dans notre quotidien et dans celui des autres.



Citer ce billet
Sebastien KEIFF (2023, 24 novembre). Une année au cœur de la créativité : mon voyage avec le Grand Théâtre de Québec. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/snu3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search