Prévenir et vaincre la solitude au doctorat

Si le doctorat est souvent vu comme le couronnement académique, une réalisation personnelle et intellectuelle hors du commun, il est aussi le théâtre de bien des défis et d’obstacles émotionnels. L’un des plus négligés, et pourtant l’un des plus dangereux, est le sentiment de solitude qui peut s’immiscer au fil des années. Derrière l’image du doctorant plongé dans ses livres, son laboratoire ou son champ de recherche, il y a une personne. Et cette personne, comme n’importe qui d’autre, a besoin de contacts humains, d’échanges et de soutien.

Les défis du doctorat ne sont pas à prendre à la légère. Ils vont bien au-delà de la charge de travail, qui est déjà considérable. Le doctorant devient peu à peu un expert dans un domaine très spécifique, ce qui peut parfois le couper du monde extérieur. La passion pour le sujet peut être double tranchant, vous absorbant au point de vous faire oublier le reste du monde. Et puis, il y a cette pression constante, à la fois excitante et écrasante, de produire quelque chose d’original, de significatif.

Dans ce billet, nous allons explorer en profondeur la question de la solitude en doctorat, identifier ses origines et surtout, proposer quelques pistes pour vous en sortir. Car si le doctorat est un voyage long et complexe, il n’est pas nécessaire de le faire entièrement seul.

Le risque d’isolement

Ah, la solitude ! Elle peut paraître romantique quand on pense aux grands penseurs et aux génies solitaires, mais en réalité, elle est loin d’être une amie en doctorat. La solitude dans ce contexte académique élevé est souvent un produit des exigences énormes et de l’indépendance requise pour mener à bien des recherches complexes. Vous êtes le maître de votre navire de recherche, et souvent, il peut sembler que vous naviguez seul dans un océan infini d’incertitudes et de questions non résolues.

Et cette solitude n’est pas sans conséquence. Sur le plan psychologique, l’isolement peut rapidement devenir un fardeau lourd à porter. Il peut engendrer de l’anxiété, du stress, et dans des cas plus extrêmes, conduire à des états dépressifs. Il est difficile de générer des idées brillantes et novatrices quand notre esprit est encombré par le poids de la solitude et de ses amis invisibles, le doute et la procrastination.

Quant au rendement académique, n’en parlons pas ! La solitude peut vous faire tourner en rond, repousser les deadlines et finalement affecter la qualité de votre travail. Après tout, même dans le monde de la recherche, deux têtes pensent souvent mieux qu’une. Des études montrent que le soutien social et professionnel peut améliorer non seulement la qualité du travail mais aussi le bien-être général.

La charge de travail

Il y a une quantité de travail en doctorat qui pourrait donner des sueurs froides même aux plus assidus d’entre nous. Des heures de recherche, de rédaction, d’expérimentation, sans parler des réunions, des cours à suivre et, pour certains, à donner. Cette liste sans fin de tâches peut vous pousser à vous enfermer dans votre bulle universitaire, loin de tout ce qui peut ressembler à une vie sociale. En clair, plus vous avez de travail, plus le temps et l’envie de voir d’autres êtres humains peuvent sembler être des luxes que vous ne pouvez pas vous permettre.

Prenons un exemple concret. Imaginez que vous ayez un article à publier, une présentation à préparer pour une conférence internationale et des données à analyser pour votre prochaine réunion avec votre directeur de recherche. Tout cela doit être fait dans les deux semaines à venir. Vous pouvez presque sentir les murs de votre bureau universitaire se rapprocher de vous, n’est-ce pas ? Et au milieu de tout cela, où est le temps pour un café avec un ami, un appel à un proche, ou même une simple promenade pour respirer de l’air frais ?

Ce scénario n’est pas rare, et il est très facile de se laisser submerger. Le résultat est souvent un isolement croissant, où le bureau et la maison deviennent les deux seuls pôles de votre univers, et où la conversation la plus longue de la journée est souvent avec vous-même, en murmurant des idées pour votre prochain chapitre.

Le fossé de la communication

Ah, le moment où vous réalisez que vous êtes devenu un expert dans votre domaine ! C’est grisant, n’est-ce pas ? Vous pouvez parler de votre sujet pendant des heures, jongler avec des termes et des concepts que la plupart des gens n’ont jamais entendus. Mais attendez une minute, c’est exactement là que le bât blesse. Parce que, si vous n’y faites pas attention, cette expertise peut devenir une barrière entre vous et pratiquement tout le monde qui n’est pas dans votre domaine.

Vous vous retrouvez peut-être à un dîner entre amis où les discussions tournent autour de séries télé, de sport ou des dernières actualités. Et là, vous lancez une anecdote sur les “paradigmes épistémologiques de l’interdisciplinarité dans le post-structuralisme” – oui, je sais, ça sonne cool dans votre tête. Mais au lieu de hochements de tête approbateurs, vous récoltez des regards vides ou des sourires polis.

Cette difficulté à communiquer au-delà des cercles académiques peut vous rendre plus isolé que vous ne l’auriez jamais imaginé. Vous commencez à vous sentir incompris, et cela peut créer un fossé non seulement dans votre vie sociale, mais aussi dans votre vie professionnelle. Par exemple, si vous n’arrivez pas à expliquer clairement l’importance de votre recherche lors d’une entrevue de financement ou à un jury, cela peut avoir des conséquences sérieuses sur votre carrière.

L’astuce, comme nous le verrons plus loin, est de trouver un équilibre : savoir quand et comment porter votre “chapeau d’expert” et quand il est temps de le mettre de côté pour être simplement humain. Oui, c’est tout à fait possible, et cela peut faire toute la différence dans votre quête pour prévenir et vaincre la solitude au doctorat. Restez avec moi, et nous explorerons ensemble comment y parvenir.

Cinq pistes pour briser l’isolement

1. Rejoindre des groupes de soutien ou des communautés de recherche

Alors voilà, nous avons parlé des raisons pour lesquelles le doctorat peut être une expérience solitaire, mais il est temps de passer à l’action ! Heureusement, il y a des moyens de sortir de cet isolement académique, et je suis ravi de vous partager quelques pistes pour y parvenir. Allons-y !

Première piste : Rejoindre des Groupes de Soutien ou des Communautés de Recherche. Si vous n’avez jamais essayé, je ne saurais trop vous le recommander. Rejoindre un groupe de soutien, c’est un peu comme avoir une bouée de sauvetage en haute mer. Vous n’êtes plus seul, et le soutien moral est souvent bienvenu, surtout pendant les périodes de doute. En plus, c’est toujours utile de pouvoir poser des questions à quelqu’un qui a peut-être déjà résolu un problème similaire au vôtre.

Mais quel genre de groupe rejoindre ? Il y en a pour tous les goûts. Certains groupes sont spécifiquement axés sur votre domaine de recherche, ce qui est parfait pour des discussions pointues. D’autres sont plus généraux et peuvent vous offrir un soutien émotionnel ou des conseils pratiques sur la gestion du temps et du stress. Il y a même des groupes qui se concentrent sur la rédaction de la thèse, où vous pouvez tous vous asseoir et écrire ensemble, chacun sur son propre projet, mais en étant physiquement dans la même pièce. Ça peut sembler simple, mais croyez-moi, cela fait toute la différence !

L’appartenance à un groupe vous donne également l’opportunité de réseauter, ce qui peut être inestimable pour votre future carrière. Alors, n’hésitez pas à chercher des groupes sur votre campus, en ligne, ou même à en créer un vous-même si vous ne trouvez pas ce qui vous convient. Vous verrez, le simple fait de savoir que vous n’êtes pas seul peut être incroyablement libérateur.

2. Planifier des moments de socialisation

Ah, la socialisation ! Qui aurait cru que ces petits moments passés avec des amis autour d’un café pourraient avoir un impact si grand sur votre bien-être général, et même sur la qualité de votre travail académique ? Je vous l’accorde, il est facile de mettre sa vie sociale de côté quand on est submergé par des lectures, des expériences en laboratoire, et tout ce qui s’accumule sur la longue liste des tâches d’un doctorant. Mais c’est une erreur, croyez-moi.

Planifier des moments de socialisation n’est pas une perte de temps, c’est un investissement dans votre santé mentale. Quand vous passez du temps avec des amis, en famille, ou même avec des collègues dans un contexte non académique, vous rechargez vos batteries émotionnelles. Vous créez un équilibre qui vous permettra de mieux affronter les défis qui vous attendent dans votre recherche.

Alors, sortez votre agenda et marquez des créneaux pour voir des amis, faire du sport, ou tout simplement vous offrir un peu de temps pour vous détendre. Je sais, je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais une fois que c’est dans votre agenda, considérez-le comme un rendez-vous non négociable, tout comme vous le feriez pour une réunion avec votre directeur de recherche. Et surtout, ne sous-estimez pas le pouvoir des interactions humaines. Elles sont comme le carburant qui vous permet de continuer à avancer, même quand la route devient difficile. Alors faites une pause, appelez un ami, prenez ce café et rappelez-vous que la vie est plus belle quand on la partage.

3. Chercher un mentor ou un coach

Ah, le mentorat ! C’est un peu comme cette relation entre Obi-Wan Kenobi et Luke Skywalker, mais dans un environnement universitaire (et sans sabres laser, hélas !). La beauté du mentorat réside dans le fait que c’est une relation symbiotique : le mentor obtient le plaisir d’aider quelqu’un à se développer professionnellement et personnellement, et le mentoré bénéficie des années d’expérience et de sagesse du mentor.

Vous êtes peut-être un expert en devenir dans votre domaine, mais cela ne veut pas dire que vous avez toutes les réponses. Un bon mentor peut vous aider à naviguer à travers les défis académiques et émotionnels qui accompagnent la poursuite d’un doctorat. Un mentor est comme une bouée de sauvetage au milieu de l’océan tumultueux de la recherche académique : toujours là pour vous guider quand les vagues deviennent trop fortes.

Mais où peut-on trouver un mentor ? Les candidats potentiels sont souvent plus proches que vous ne le pensez : ils peuvent être des professeurs, des collègues plus avancés, ou même des professionnels du secteur qui partagent vos intérêts de recherche. Le principal est de trouver quelqu’un en qui vous avez confiance et qui est prêt à investir du temps pour vous aider à réussir. Avoir un mentor, c’est comme avoir un allié dans ce voyage solitaire qu’est souvent le doctorat. Cela vous permet non seulement d’éviter l’isolement mais également de vous donner un précieux avantage dans votre développement académique et personnel. N’oubliez pas, même les plus grands héros ont besoin d’un guide.

4. Participer à des conférences et des ateliers

Imaginez-vous dans une salle remplie de gens qui sont aussi passionnés par votre sujet que vous l’êtes. Pas mal, non ? C’est un peu ce que ressent Harry Potter la première fois qu’il entre dans la salle commune de Gryffondor, une sorte de “chez-soi” loin de chez soi. Participer à des conférences et des ateliers, c’est un peu comme trouver votre propre salle commune dans le monde académique.

D’un côté, ces événements vous donnent l’occasion de parfaire vos connaissances. Vous découvrez les dernières recherches, apprenez de nouvelles méthodologies et obtenez des réponses à des questions que vous ne saviez même pas que vous aviez. De l’autre, vous avez la possibilité de rencontrer des personnes qui partagent vos intérêts, et qui sait, ces rencontres pourraient déboucher sur des collaborations fructueuses, ou même des amitiés durables. Vous sortez de votre coquille, vous brisez la monotonie du travail en solo et, en plus, vous revigorez votre passion pour votre domaine. Et si le budget ou la distance est un obstacle, rappelez-vous que de nombreuses conférences offrent des options en ligne ou des bourses pour les étudiants.

Alors, la prochaine fois que vous voyez une annonce pour une conférence ou un atelier qui attire votre attention, ne la laissez pas passer comme une simple notification dans votre boîte de réception. Cliquez dessus, inscrivez-vous et préparez-vous à élargir vos horizons tout en faisant un pas de plus pour sortir de votre isolement.

5. Équilibrer vie professionnelle et vie personnelle

Oh, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, ce doux Graal que tant d’entre nous cherchent ! La route du doctorat ressemble souvent à une autoroute sans fin, où les repères entre “travail” et “vie personnelle” s’estompent plus facilement qu’un dessin sur un tableau blanc. Mais comme tout bon conducteur vous le dira, maintenir une bonne vitesse sans s’épuiser nécessite un certain équilibre.

Tout d’abord, n’oubliez pas que même un super-héros a besoin de sa Clark Kent ou de sa Diana Prince pour souffler un peu. Faites des choses qui vous plaisent en dehors du laboratoire ou de la bibliothèque. Ça peut être un sport, un hobby ou même une série télé que vous suivez religieusement chaque semaine. Ces activités vous permettent de décompresser et de recharger vos batteries.

Et ne négligez pas votre cercle social. Prenez du temps pour votre famille et vos amis, même si ce n’est qu’un appel vidéo de 20 minutes ou une sortie café rapide. Vous pourriez être surpris de voir à quel point un peu de rire et de conversation légère peuvent être rafraîchissants.

N’oubliez pas non plus de prendre du temps pour vous-même. Le bien-être mental et physique est tout aussi crucial pour un doctorant que de connaître sur le bout des doigts la méthodologie de recherche. Qu’il s’agisse de méditation, de yoga ou simplement d’une promenade en plein air, trouvez ce qui vous permet de rester centré. Pensez à votre vie comme à une balance. D’un côté, il y a votre passion pour la recherche, et de l’autre, tout ce qui vous rend humain. Pour ne pas finir comme une crêpe plate d’épuisement, assurez-vous que la balance ne penche pas trop d’un côté ou de l’autre. Alors, faites le point, ajustez vos priorités et souvenez-vous que la vie, tout comme un bon doctorat, est une question d’équilibre.

BONUS : N’ayez pas peur de sortir des sentiers battus et d’embrasser votre côté un peu fou, voire carrément décalé !

La recherche peut être une affaire sérieuse, mais qui a dit que vous ne pouviez pas mettre un peu de piment dans votre vie ? Imaginez-vous sortir de votre routine en vous enfermant dans une salle d’escape game avec des inconnus ou en laissant éclater votre frustration dans une salle où tout est fait pour être cassé (oui, ça existe et c’est thérapeutique, paraît-il !). Ou que diriez-vous d’une soirée spa naturiste entre ami.e.s, où les seules bulles ne sont pas celles de votre dernière expérience en laboratoire ?

Si vous êtes plus du genre noctambule, pourquoi ne pas organiser une soirée tarot qui s’étire jusqu’à l’aube, ou vibrer au son d’un concert improvisé dans un café de musique live ? Et si vous avez vraiment envie de repousser les limites, eh bien… seul le ciel est la limite. Parachutisme, cours de danse flamenco, sculpture sur glace, rien n’est trop fou si cela vous permet de décompresser et de voir la vie sous un nouvel angle.

Alors voilà, n’hésitez pas à sortir de votre zone de confort et à embrasser des activités insolites ou décalées. Non seulement cela vous aidera à décompresser, mais qui sait, cela pourrait même vous donner de nouvelles perspectives pour votre recherche. Parfois, la clé de la découverte académique, c’est de savoir lâcher prise et de se laisser un peu porter par le vent de la folie !



Citer ce billet
Sebastien KEIFF (2023, 25 octobre). Prévenir et vaincre la solitude au doctorat. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/snu0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search