Les 7 erreurs fatales de 90% des doctorants

Ah, la thèse de doctorat, cette montagne que beaucoup redoutent d’escalader ! Si vous êtes en plein milieu de cette aventure, vous savez déjà que le chemin est semé d’embûches, d’obstacles et parfois même de pièges invisibles. Et je parle en connaissance de cause ! Je n’ai pas toutes les réponses, loin de là. Je me considère toujours comme un explorateur tâtonnant dans la forêt dense de la recherche académique. Mais, par chance ou par acharnement, j’ai réussi à déjouer certains de ces pièges et à recueillir quelques pépites de sagesse en cours de route.

Ainsi, je me permets de partager avec vous quelques-uns de ces conseils qui, je l’espère, vous aideront à naviguer dans les eaux tumultueuses de la rédaction de thèse. Je vais aborder sept erreurs, que dis-je, sept péchés capitaux que beaucoup d’entre nous, moi y compris, avons commis ou sommes en passe de commettre. Ces erreurs peuvent vous faire trébucher, vous ralentir ou même mettre un terme à votre aventure. Mais pas de panique ! Nous pouvons nous entraider et nous guider ensemble à travers ces sept défis cruciaux. Prêt ? Allons-y !

Erreur 1: Ignorer les conseils du Directeur de Recherche

Ah, le fameux directeur de recherche, ce mentor, ce guide, cette source intarissable de sagesse académique ! Son rôle n’est pas à prendre à la légère. Il ou elle connaît les méandres de la recherche, les subtilités de la rédaction, et peut même prévoir les tendances futures dans votre domaine. Vous pourriez penser que vous êtes le maître de votre sujet, et peut-être que c’est vrai jusqu’à un certain point. Mais ce qui nous manque souvent, c’est une vue d’ensemble, un recul que seul un regard extérieur peut apporter.

Le risque de balayer du revers de la main les conseils de votre directeur est réel, et les conséquences peuvent être graves. Ignorer ces précieux conseils peut vous éloigner de votre but, vous faire perdre du temps précieux et même compromettre la qualité de votre travail. De plus, une mauvaise relation avec votre directeur peut miner votre confiance et votre bien-être, ce qui n’est pas négligeable dans un parcours aussi long et exigeant que le doctorat.

Alors, comment éviter cet écueil ? Tout d’abord, prenez le temps de discuter régulièrement avec votre directeur, mais vraiment discuter, pas juste échanger des banalités ou se donner des updates superficiels. Mettez de côté votre ego et écoutez attentivement ce qu’il ou elle a à dire. Et si vous n’êtes pas d’accord, au lieu de le prendre comme une critique, voyez cela comme une opportunité de discussion. Oui, c’est ça, discutez, ne débattez pas. Le but est de construire une relation de confiance et d’apprentissage mutuel. Vous seriez surpris de voir à quel point une collaboration fructueuse avec votre directeur peut enrichir votre travail et même, oserais-je dire, rendre ce parcours difficile un peu plus doux.

Erreur 2: Sous-estimer le temps nécessaire pour la recherche

Ah, le temps ! Cette ressource si précieuse, et pourtant si facile à sous-estimer. Lorsqu’il s’agit de recherche, de nombreux doctorants ont tendance à penser qu’ils peuvent accomplir beaucoup plus en beaucoup moins de temps. Eh bien, permettez-moi de vous dire qu’en recherche, les choses ne se passent jamais comme prévu. Vous tomberez sur des obstacles imprévus, des problèmes de méthodologie, ou même des lacunes dans vos connaissances que vous devrez combler. Sans parler des revues littéraires qui s’avèrent toujours plus complexes et plus longues que ce que l’on avait imaginé.

Une mauvaise gestion du temps peut entraîner toutes sortes de conséquences. Par exemple, vous pourriez finir par bâcler votre travail pour respecter un délai auto-imposé, ce qui, je n’ai pas besoin de le préciser, est une très mauvaise idée. Ou encore, vous pourriez vous retrouver à sacrifier des pans entiers de votre vie personnelle, ce qui peut avoir un effet dévastateur sur votre bien-être mental.

Alors, comment gérer son temps plus efficacement ? D’abord, soyez réaliste dans vos estimations. Prenez le temps de planifier votre recherche de manière détaillée, étape par étape, en tenant compte des éventuelles complications. Utilisez des outils de gestion de projet, comme des diagrammes de Gantt, pour avoir une vision claire de votre emploi du temps. Deuxièmement, prévoyez du temps pour vous détendre et vous ressourcer. Non, sérieusement, inscrivez ces moments dans votre agenda comme s’il s’agissait de réunions importantes. Et troisièmement, n’hésitez pas à ajuster votre planning en cours de route. Soyez flexible et réceptif aux enseignements que vous tirerez de chaque étape de votre recherche.

Erreur 3: Négliger la revue de la littérature

Ah, la revue de la littérature, ce vaste océan de connaissances où l’on peut facilement se noyer si on n’y prend pas garde. Beaucoup pensent que la revue de la littérature est juste une formalité, un truc à faire rapidement avant de plonger dans la partie « intéressante » de la recherche. Mais détrompez-vous ! La revue de la littérature est le socle sur lequel toute votre thèse va se construire. C’est elle qui vous donne le contexte, qui identifie les lacunes dans les connaissances existantes, et qui vous guide dans la formulation de vos questions de recherche.

Les erreurs courantes ? Oh, il y en a quelques-unes. Par exemple, certains se contentent de résumer chaque source qu’ils trouvent, sans vraiment l’intégrer dans un récit cohérent. Résultat : leur revue ressemble plus à une liste de courses qu’à une analyse approfondie. D’autres ont tendance à négliger les travaux qui contredisent leur hypothèse, ce qui crée un biais dans leur recherche. Et n’oublions pas ceux qui se perdent dans les détails au point de ne plus voir le tableau d’ensemble.

Alors comment faire une bonne revue de la littérature ? Premièrement, adoptez une approche systématique. Définissez clairement les critères de sélection de vos sources et tenez-vous-en à une méthodologie rigoureuse. Deuxièmement, ne vous contentez pas de résumer : analysez et critiquez. Quelle est la qualité de la recherche que vous examinez ? Comment s’intègre-t-elle dans le corpus global ? Troisièmement, n’oubliez pas de mettre à jour votre revue au fur et à mesure de votre propre recherche. Vous découvrirez peut-être de nouvelles sources qui remettent en question vos premières conclusions.

Erreur 4: Omettre des références ou citer incorrectement – Importance de l’intégrité académique

Ah, le doux monde des citations et des références, un lieu où même les plus grands esprits peuvent trébucher. Croyez-le ou non, mais l’intégrité académique est un peu comme le ciment qui maintient ensemble le monde de la recherche. Un petit oubli ici, une mauvaise citation là, et voilà que la structure entière commence à vaciller.

Bon, je peux vous entendre dire : “Ce n’est qu’une citation manquée, ce n’est pas si grave, non ?” Eh bien, détrompez-vous ! Omettre une citation ou citer incorrectement peut avoir des conséquences allant de la perte de crédibilité à des accusations de plagiat. Et nous savons tous que le plagiat est une sorte de tatouage indélébile dans le monde académique; une fois marqué, il est très difficile de se laver de cette tache.

Alors, comment éviter cette erreur fatale ? Tout d’abord, familiarisez-vous avec le style de citation requis pour votre discipline. Que ce soit le MLA, le APA, le Chicago ou n’importe quel autre, il est important de le maîtriser. Deuxièmement, lors de vos phases de rédaction, prenez le temps de vérifier chaque citation. N’hésitez pas à utiliser des logiciels de gestion de références qui vous aideront à garder une trace de toutes vos sources (pour moi c’est Zotero). Et troisièmement, avant de soumettre quoi que ce soit, faites une dernière vérification de toutes vos citations et références.

Ah, si je peux ajouter une note personnelle, c’est que je parle du plagiat avec une certaine gravité parce que j’y suis passé, et croyez-moi, c’est une expérience difficile à effacer. Lors de ma toute première session universitaire en Amérique du Nord, après près de deux décennies passées dans l’administration publique, je me suis retrouvé dans une situation inconfortable à cause d’une erreur de citation dans Zotero. Le logiciel ne faisait pas de citation croisée, et voilà, une maladresse est survenue. Résultat ? Accusation de plagiat.

Depuis ce jour, j’ai fait de la prévention du plagiat une de mes missions. J’investis énormément de temps et d’énergie pour aider les nouveaux étudiants à ne pas tomber dans ce piège redoutable. Je siège même au Comité de discipline depuis deux ans, et je peux vous dire que personne n’est à l’abri. Le plagiat est souvent le résultat d’une méconnaissance, d’un oubli ou d’une simple erreur, plutôt que d’une intention malveillante. Mais les conséquences sont les mêmes.

La morale de l’histoire ? On ne fera jamais trop de prévention. Et n’oubliez pas, dans le monde de la recherche, l’intégrité académique n’est pas une option, c’est une obligation. Alors, prenez ce conseil à cœur et soyez méticuleux avec vos citations et références. Vous vous en remercierez plus tard.

Erreur 5: Écrire dans un vacuum

Ah, l’écriture dans un vacuum, aussi tentante que cela puisse paraître, est une autre erreur fatale qui peut vous faire trébucher sur la route du doctorat. Vous vous êtes sans doute déjà retrouvé, comme moi, dans une situation où vous vous êtes enfermé dans votre propre monde, convaincu que vos idées étaient tout simplement géniales. Il est facile de se laisser emporter par son sujet et de penser que l’on est sur la voie de la découverte du siècle.

Mais n’oublions pas qu’un avis extérieur est souvent salutaire. Vous voyez, lorsque vous travaillez isolément, il y a de fortes chances que vous passiez à côté de lacunes dans votre raisonnement, ou même que vous fassiez des erreurs qui pourraient facilement être corrigées avec un deuxième regard. Sans feedback, vous risquez de créer une bulle autour de votre travail, une bulle qui pourrait éclater lors de la soutenance de thèse ou lors des revues par les pairs.

Alors, comment éviter cette bulle ? Simple ! Cherchez activement des retours sur votre travail. Partagez des extraits de votre thèse avec des amis de confiance, des collègues, et surtout, d’autres experts dans votre domaine. N’hésitez pas à soumettre vos articles à des revues académiques, ou même à présenter vos idées lors de conférences. Le feedback, c’est comme l’engrais pour une plante en croissance; ça peut piquer un peu au début, mais c’est essentiel pour une croissance saine et robuste.

Voici deux pépites d’or que j’aimerais partager avec vous, tirées de mon propre voyage académique.

Premièrement, n’ignorez jamais l’importance des colloques scientifiques. Ce sont des trésors cachés d’opportunités pour obtenir des retours constructifs et aiguiser votre pensée critique. Les commentaires que vous recevrez lors de ces événements peuvent littéralement vous faire voir votre recherche sous un nouvel angle, révélant des aspects auxquels vous n’auriez jamais pensé. De plus, les colloques sont aussi des occasions en or pour réseauter avec d’autres chercheurs et établir des collaborations futures. J’ai moi-même noué des amitiés académiques inestimables lors de ces événements.

Deuxièmement, ne sous-estimez pas la puissance d’une bonne retraite de rédaction. Vous pourriez penser qu’écrire dans un nouvel environnement est une perte de temps ou une distraction, mais détrompez-vous. Une retraite de rédaction offre non seulement un cadre paisible pour se concentrer mais aussi une occasion de se détacher des distractions du quotidien. Et ce n’est pas tout; ces retraites sont souvent encadrées par des experts qui peuvent vous fournir des conseils pratiques pour améliorer votre écriture. J’ai participé à quelques-unes de ces retraites et j’ai toujours trouvé l’expérience incroyablement rafraîchissante et productive.

Erreur 6: Viser la perfection absolue

Ah, la perfection ! Cette sirène qui nous chante des berceuses nous promettant un monde où chaque phrase est un chef-d’œuvre et où chaque idée brille comme un diamant. On a tous déjà été là, n’est-ce pas ? À relire notre travail pour la énième fois, à ajuster chaque virgule, chaque mot, dans la quête de la thèse parfaite. Mais attention, la quête de la perfection est un piège qui peut nous éloigner de notre véritable objectif : terminer notre thèse et contribuer à la connaissance.

La recherche parfaite n’existe pas. Vous pouvez tourner vos phrases dans tous les sens et recouper vos données de mille façons, mais vous trouverez toujours quelque chose à améliorer. À force de viser la perfection, vous risquez de vous épuiser mentalement et de ralentir inutilement votre progression. Vous perdez du temps, de l’énergie et surtout, vous créez un stress inutile.

Comment éviter ce piège ? Premièrement, soyez réaliste dans vos attentes. Une thèse n’est pas censée être le plus grand chef d’oeuvre, mais un travail académique sérieux. On dit souvent qu’une bonne thèse est une thèse finie ! Alors concentrez-vous sur la clarté, la pertinence et la cohérence plutôt que sur la perfection. Deuxièmement, fixez-vous des limites de temps pour chaque étape de votre travail. Une fois ce temps écoulé, poussez-vous à passer à l’étape suivante. Vous pouvez toujours revenir plus tard pour des ajustements si nécessaire. Enfin, n’oubliez pas de demander des retours extérieurs. Souvent, un regard neuf est bien plus précieux que des heures de réflexion solitaire.

Et voici une petite confession : le texte que tu lis en ce moment même n’est vraiment pas parfait. J’y ai passé plusieurs jours. Mais à un moment il fait la job, et parfois, c’est tout ce dont on a besoin.

Erreur 7: Ignorer l’importance d’une bonne rédaction et mise en page

Vous avez collecté des données impressionnantes, votre argumentation est solide comme un roc, mais voilà, la présentation laisse à désirer. Une thèse mal écrite ou mal formatée, c’est comme servir un repas gastronomique dans une assiette en carton : le contenu peut être excellent, mais l’emballage peut tout gâcher. Une mauvaise rédaction et mise en page peuvent non seulement distraire votre lecteur, mais aussi semer le doute sur la rigueur de votre recherche.

La rédaction est l’art de communiquer vos idées de la manière la plus claire et la plus efficace possible. Pensez à votre lecteur lorsque vous rédigez. Utilisez des phrases claires, une grammaire impeccable et évitez le jargon inutile. Si vous pouvez dire quelque chose de manière simple, faites-le ! Relisez-vous, et mieux encore, faites relire votre travail par quelqu’un d’autre. Un regard extérieur peut souvent repérer des erreurs que vous ne voyez plus.

Pour la mise en page, respectez les directives de votre institution ou de votre domaine de recherche. Utilisez un logiciel adapté pour vous faciliter la tâche. Microsoft Word, LaTeX, et d’autres outils similaires offrent des modèles de thèse qui respectent les normes académiques. Ils vous permettent aussi d’ajouter des schémas, tableaux et autres visuels en toute simplicité.

Et parlons-en des visuels ! Une image vaut mille mots, dit-on. Un schéma bien conçu ou un tableau bien formaté peut rendre vos arguments beaucoup plus persuasifs. Assurez-vous cependant que chaque visuel ajoute de la valeur à votre texte. Posez-vous la question : “Ce tableau aide-t-il le lecteur à mieux comprendre mon point de vue ?” Si la réponse est non, peut-être vaut-il mieux le laisser de côté.

Conclusion

Et voilà, vous avez entre les mains la liste des sept erreurs que beaucoup de doctorants, moi y compris, avons appris à éviter, souvent à nos dépens. De l’importance d’écouter votre directeur de recherche à l’art subtil de ne pas viser une perfection inatteignable, en passant par la valeur inestimable de bien gérer votre temps et d’écrire dans un style clair et engageant. Ce sont de petites choses qui peuvent faire toute la différence entre un doctorat réussi et une expérience épuisante et infructueuse.

Souvenez-vous, le parcours pour décrocher un doctorat est un marathon, pas un sprint. Et comme pour tout marathon, il est indispensable de connaître le terrain, de se préparer en conséquence et d’éviter les blessures aussi bien pendant l’épreuve que pendant l’entrainement. Ces erreurs sont autant de pièges sur la route, mais ils sont tout à fait évitables .

Maintenant, c’est à vous de jouer. Vous avez des histoires à raconter, des pièges à partager, des astuces qui vous ont sauvé la mise ? Allez-y, la parole est à vous. Alors, à vos claviers ! Partagez vos pensées, vos conseils et vos propres erreurs évitées. Votre expérience pourrait être la pièce manquante du puzzle pour quelqu’un d’autre. Bonne rédaction !



Citer ce billet
Sebastien KEIFF (2023, 17 octobre). Les 7 erreurs fatales de 90% des doctorants. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sntz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search