La Planification 2024-2027 de l’Immigration au Québec : Pour une vision holistique et empathique

Le 25 mai 2023 a marqué une étape dans la planification de l’avenir de l’immigration au Québec. La ministre, Mme Christine Fréchette, a dévoilé devant l’Assemblée nationale les propositions d’orientations gouvernementales visant à établir le niveau et la composition de l’immigration au Québec pour les années 2024 à 2027. Un événement d’importance, qui détermine non seulement l’avenir de milliers de personnes cherchant une vie meilleure, mais aussi celui de la province dans son ensemble, requiert une réflexion approfondie. C’est pourquoi, afin de garantir une planification adaptée aux besoins réels du Québec, une consultation publique, menée par la Commission des relations avec les citoyens, est prévue à partir du 12 septembre 2023. Cette consultation offre une occasion de recueillir les perspectives de divers groupes, d’experts et de citoyens, garantissant ainsi que la future politique d’immigration est non seulement équilibrée, mais aussi en phase avec les attentes et les préoccupations de la population.

Crédit photo libre :  Miko Guziuk 

Il se trouve que ce sujet me passionne et entre dans mes domaines de recherche, alors je me permettrai ici de partager quelques contrepoints qui me semblent importants.

L’Immigration au-delà des chiffres

Dans la vaste complexité du sujet de l’immigration, il est courant, voire tentant, de se concentrer sur les données chiffrées. Les seuils, les quotas et les pourcentages peuvent, à première vue, sembler offrir une image claire de la situation. Cependant, se fier exclusivement à ces chiffres reviendrait à ignorer la richesse profonde et variée des histoires humaines qui se cachent derrière chaque statistique.

Chaque immigrant apporte avec lui non seulement des compétences et des qualifications, mais aussi des rêves, des aspirations, des peurs et des espoirs. Ce sont des personnes qui ont pris la décision difficile de quitter leur pays natal, souvent dans des circonstances compliquées, à la recherche d’une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs familles. Derrière chaque chiffre se cache une histoire d’amour, de perte, de résilience et d’espoir.

Lorsque nous parlons d’immigration, il est essentiel de reconnaître et de valoriser ces individualités. Plutôt que de percevoir l’immigration comme un simple processus administratif, nous devons l’envisager comme une mosaïque de parcours de vie, chacun unique et précieux. En comprenant et en appréciant ces histoires, nous sommes mieux placés pour créer des politiques et des pratiques d’immigration qui sont non seulement efficaces, mais aussi empathiques et humaines.

L’immigration comme processus

Lorsque nous évoquons l’immigration, nous parlons souvent d’arrivée. Pourtant, l’immigration est bien plus que ce simple instant où l’on pose le pied sur un nouveau sol. Elle est un voyage, une trajectoire parsemée d’étapes, de décisions et de défis à chaque tournant. C’est un processus qui commence bien avant le départ du pays d’origine et qui se poursuit bien après l’installation dans la société d’accueil.

Cette trajectoire, loin d’être linéaire, est faite d’espoirs, d’appréhensions, de moments de joie et de difficultés. Elle englobe le processus de demande et d’attente, l’anticipation du départ, le déracinement de l’environnement connu, et ensuite, la phase d’installation, d’adaptation et d’intégration dans un nouvel environnement culturel, social et économique. Chaque étape de ce processus nécessite des ressources, du courage et de la résilience, et chaque étape a un impact sur le bien-être de l’individu et de sa famille.

Mais cette trajectoire ne touche pas seulement les immigrants eux-mêmes. Elle impacte également la société qui les accueille. L’arrivée de nouveaux résidents implique une interaction, un échange. Les sociétés d’accueil sont appelées à s’adapter, à évoluer, à apprendre de ces nouveaux venus tout autant qu’ils apprennent d’elle. L’immigration enrichit la diversité culturelle, apporte de nouvelles perspectives, des talents, des compétences et des innovations. Elle stimule la croissance économique, renforce les liens sociaux et contribue à l’évolution constante de la société.

Ainsi, comprendre l’immigration comme un processus permet non seulement de saisir la complexité et la profondeur de l’expérience individuelle de l’immigrant, mais aussi d’apprécier pleinement la manière dont l’immigration enrichit continuellement la dynamique de la société d’accueil.

Intégration : Un élément central

L’intégration est souvent évoquée comme une phase finale du voyage migratoire, mais en réalité, elle est bien plus que cela. Elle est le cœur battant du processus d’immigration, le pont qui relie l’individu à sa nouvelle société. Au-delà de la simple adaptation à un nouvel environnement, l’intégration est un échange bidirectionnel, où l’immigrant et la société d’accueil apprennent, s’adaptent et se transforment mutuellement.

Pour l’immigrant, une intégration réussie signifie non seulement trouver un emploi ou apprendre une nouvelle langue, mais aussi se sentir valorisé, respecté et compris dans sa nouvelle patrie. Cela englobe l’expérience de pouvoir maintenir et célébrer sa propre culture tout en s’immergeant dans une autre, de pouvoir partager ses traditions tout en adoptant de nouvelles. C’est un sentiment d’appartenance, une assurance que sa contribution est reconnue et appréciée.

Du côté de la société d’accueil, une intégration réussie des immigrants enrichit le tissu social, économique et culturel. Elle apporte de nouvelles idées, des compétences et une diversité qui peuvent stimuler l’innovation, renforcer la cohésion sociale et accroître la résilience face aux défis mondiaux. La société qui parvient à intégrer efficacement ses immigrants récolte les fruits d’une population engagée, dynamique et diversifiée.

Mais l’intégration ne se produit pas automatiquement. Elle nécessite des efforts concertés, des politiques inclusives et des ressources adéquates. Elle exige une reconnaissance mutuelle des valeurs, des droits et des responsabilités. La société d’accueil a la responsabilité de fournir les outils nécessaires à l’immigrant pour faciliter cette transition, tels que des programmes d’éducation, de formation professionnelle ou de soutien linguistique. De même, l’immigrant a la responsabilité de s’engager activement dans ce processus d’intégration, de chercher à comprendre et à respecter les normes et les valeurs de sa nouvelle patrie. Une intégration réussie est un gage de prospérité et d’harmonie pour tous. Elle garantit que chaque immigrant peut réaliser son potentiel tout en enrichissant sa nouvelle communauté, et que la société d’accueil peut évoluer et s’épanouir grâce à la diversité et à l’énergie de ses nouveaux membres.

Une question d’identité et de communauté

Lorsque nous parlons d’immigration, nous ne parlons pas simplement de mouvements géographiques, mais plutôt de la fusion d’identités, d’histoires et de cultures. Chaque immigrant apporte avec lui une mosaïque de souvenirs, de traditions et de valeurs qui s’entremêlent avec ceux de la société d’accueil, formant ainsi un riche canevas culturel.

Au cœur de cette fusion se trouve la famille. Souvent, c’est elle qui est la première à ressentir les effets de l’immigration, à éprouver à la fois l’excitation d’un nouveau départ et le poids de la nostalgie. La famille est le pilier qui soutient l’immigrant pendant ces périodes de transition, lui offrant un havre de stabilité au milieu du tumulte du changement. Elle joue un rôle essentiel dans la préservation des traditions, garantissant que les liens avec le passé ne sont pas rompus, tout en servant de tremplin vers une nouvelle identité québécoise.

Mais au-delà de la famille immédiate, c’est la communauté dans son ensemble qui joue un rôle pivot dans le processus d’intégration. Les communautés ethniques, religieuses ou culturelles fournissent un espace où les immigrants peuvent se retrouver, partager des expériences communes et se soutenir mutuellement dans leur nouvelle vie. Ces communautés servent de passerelles entre le pays d’origine et le pays d’accueil, aidant les nouveaux arrivants à naviguer entre deux mondes.

Les liens communautaires sont donc essentiels pour faciliter l’intégration. Ils offrent des opportunités d’engagement social, créant un sentiment d’appartenance et renforçant l’identité. Ils servent également de ressources, permettant aux immigrants d’accéder à des informations, des services et des opportunités qui peuvent autrement leur être inaccessibles. Et, peut-être le plus important, ces liens communautaires rappellent aux immigrants qu’ils ne sont pas seuls dans leur voyage, qu’il y a toute une communauté derrière eux, prête à les soutenir et à les accueillir.

L’immigration n’est donc pas seulement une affaire de déplacement d’un lieu à un autre, c’est une question d’identité, de famille et de communauté. C’est un voyage qui, malgré ses défis, offre la promesse d’une nouvelle vie riche en rencontres, en expériences et en opportunités, à condition que nous reconnaissions la valeur de chaque identité et l’importance des liens qui nous unissent.

La régionalisation et la subsidiarité

La régionalisation de l’immigration, soit l’encouragement des immigrants à s’établir dans différentes régions du Québec plutôt qu’à se concentrer dans quelques grandes villes, est une stratégie adoptée pour répondre aux besoins spécifiques de chaque région, que ce soit en matière de main-d’œuvre, de démographie ou de revitalisation économique. Cependant, la réussite de cette régionalisation dépend en grande partie d’un principe fondamental : la subsidiarité.

La subsidiarité, en termes simples, signifie que les décisions doivent être prises au niveau le plus proche possible de ceux qu’elles affectent. Dans le contexte de l’immigration, cela implique que les décisions concernant l’accueil, l’intégration et le soutien des immigrants doivent être prises par les communautés locales, qui comprennent le mieux leurs besoins et leurs défis spécifiques. C’est en permettant aux municipalités, aux entreprises locales et aux organismes communautaires de jouer un rôle actif dans la formulation et la mise en œuvre des politiques d’immigration que l’on peut s’assurer que les solutions adoptées sont véritablement adaptées à chaque contexte régional.

Avec une véritable subsidiarité, les régions peuvent identifier précisément quels types de compétences ou de professions leur manquent, et orienter les efforts de recrutement en conséquence. De plus, en s’impliquant directement dans l’accueil et l’intégration, les communautés peuvent créer des programmes sur mesure qui répondent aux besoins culturels, éducatifs et sociaux des nouveaux arrivants, favorisant ainsi une intégration réussie et durable.

Un autre avantage majeur de la subsidiarité est qu’elle favorise l’engagement et la responsabilisation des acteurs locaux. Lorsque les décisions sont prises à un niveau centralisé, les régions peuvent se sentir déconnectées ou impuissantes. Cependant, en les impliquant activement dans le processus, on leur donne à la fois les outils et la responsabilité de façonner leur avenir démographique et économique. Enfin, la subsidiarité renforce le tissu social et communautaire. En permettant à chaque région de définir sa propre vision de l’immigration, elle encourage la création de liens forts entre les nouveaux arrivants et la communauté d’accueil, ce qui est essentiel pour bâtir des sociétés cohésives et résilientes.

Si la régionalisation vise à répartir équitablement les avantages de l’immigration à travers le Québec, la subsidiarité est le mécanisme par lequel cette vision peut être concrétisée. En mettant l’accent sur des solutions locales pour des défis locaux, elle garantit que l’immigration bénéficie non seulement aux immigrants eux-mêmes, mais à l’ensemble de la société québécoise.

Le rôle majeur des organismes communautaires

Au cœur du processus d’intégration des immigrants au Québec, on trouve un réseau dense et dynamique d’organismes communautaires. Ces structures, souvent non gouvernementales, sont des acteurs clés qui soutiennent les immigrants dès leur arrivée et tout au long de leur parcours d’adaptation à leur nouvelle patrie. Leur approche, enracinée dans l’humanisme et la proximité, leur permet d’adresser les besoins spécifiques et parfois complexes des nouveaux arrivants.

Ces organismes ont développé, au fil des années, une expertise fine et pointue dans l’accompagnement des immigrants. Qu’il s’agisse d’aider à la recherche d’un logement, d’offrir des cours de français, de faciliter l’accès aux services de santé ou encore de proposer des ateliers de reconnaissance des compétences professionnelles, ces structures sont souvent la première porte d’entrée pour de nombreux immigrants. Leur connaissance des défis auxquels sont confrontés les nouveaux arrivants leur permet d’offrir des solutions adaptées et personnalisées.

Travailler en étroite collaboration avec ces organismes offre de multiples avantages pour les autorités publiques et les autres institutions. Tout d’abord, cela permet une meilleure coordination des services. Au lieu de reproduire les efforts ou de laisser des lacunes dans le système de soutien, une collaboration étroite garantit une utilisation optimale des ressources disponibles. De plus, la flexibilité et la réactivité des organismes communautaires leur permettent souvent d’innover et de tester de nouvelles approches, qui peuvent ensuite être adoptées à une plus grande échelle.

De plus, ces organismes jouent un rôle important dans la création de liens entre les immigrants et la société d’accueil. Par leurs actions, ils favorisent la cohésion sociale, la compréhension mutuelle et le dialogue interculturel. Ils sont souvent les gardiens de la mémoire migratoire d’une région, célébrant les succès des nouvelles communautés tout en rappelant les défis à surmonter. Enfin, il est important de souligner que les organismes communautaires travaillent souvent en réseau, partageant leurs expériences, leurs ressources et leurs meilleures pratiques. Cette synergie renforce leur capacité collective à répondre aux besoins des immigrants.

Je l’écris sincèrement, si le Québec veut réussir son pari de l’immigration, il est essentiel de reconnaître le rôle majeur joué par les organismes communautaires. Ces acteurs, souvent en première ligne, apportent une contribution inestimable à l’édification d’une société inclusive et dynamique. Valoriser leur travail et leur expertise, c’est investir dans l’avenir commun de tous les Québécois.

L’immigration au Québec : Une réussite silencieuse

Il est parfois facile d’oublier, au milieu du bruit médiatique, que la grande majorité des histoires d’immigration au Québec sont des histoires de succès. Alors que certains médias tendent à magnifier les difficultés ou à se focaliser sur des incidents isolés, la réalité quotidienne est bien différente. Chaque jour, des milliers d’immigrants construisent leur vie au Québec, s’enrichissant et enrichissant leur nouvelle patrie en retour.

Contrairement à certaines idées reçues, l’immigration n’est pas une source de tensions ou de divisions. En effet, la pluralité culturelle a toujours été, et demeure, l’une des plus grandes forces du Québec. De Montréal à Québec, de Sherbrooke à Rimouski, les immigrants apportent avec eux des talents, des compétences et des perspectives qui enrichissent la société québécoise. Ils contribuent à l’économie, à la culture, à la science et à tant d’autres domaines qui font du Québec une province dynamique et tournée vers l’avenir.

De nombreux exemples illustrent cette réussite silencieuse. Pensons à ces entrepreneurs qui lancent des entreprises florissantes, à ces artistes qui montent sur scène et charment le public, ou encore à ces scientifiques qui repoussent les frontières du savoir dans nos universités. Toutes ces histoires, bien que moins médiatisées, forment le véritable tissu de notre coexistence harmonieuse.

Il est également important de souligner que l’intégration réussie des immigrants est le fruit d’un effort collectif. Les Québécois, connus pour leur ouverture et leur accueil, jouent un rôle central en tendant la main, en partageant leur culture et en embrassant la diversité. Cette harmonie n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’un désir profond de vivre ensemble, de respecter et de célébrer nos différences.

Ainsi, il est essentiel de confronter et de démentir les idées fausses ou les stéréotypes négatifs. L’immigration au Québec est, dans l’ensemble, une belle histoire de réussite. Une histoire qui mérite d’être racontée, partagée, et célébrée. Dans une ère où l’information voyage rapidement, et où les perceptions peuvent être façonnées par quelques titres accrocheurs, il incombe à chacun de nous de mettre en lumière la véritable nature de l’immigration au Québec : une aventure humaine, riche et positive.

Éviter la politisation et la réduction aux chiffres

Lorsqu’il est question d’immigration, le débat public tend souvent à se polariser, transformant un enjeu profondément humain en un champ de bataille politique ou en une simple affaire de statistiques. Cette tendance à politiser l’immigration, à la réduire à une série de chiffres ou à des points de discours partisans, ne rend pas justice à la complexité et à la richesse des expériences individuelles des immigrants.

L’immigration, au cœur, est un voyage humain, fait d’espoirs, de rêves, de défis et de réussites. Réduire cette expérience à un argument politique ou à un ensemble de données statistiques est non seulement réducteur, mais cela peut aussi occulter les véritables enjeux et besoins des personnes concernées. Chaque immigrant a sa propre histoire, ses propres motivations et défis, et chaque histoire mérite d’être entendue et comprise.

Adopter une approche empathique et centrée sur la personne dans les discussions et les politiques sur l’immigration signifie reconnaître et valoriser ces histoires individuelles. Cela implique d’écouter activement, de chercher à comprendre plutôt que de juger, et de traiter chaque immigrant comme un individu unique plutôt que comme une simple statistique ou un pion sur l’échiquier politique.

Une telle approche a le potentiel de produire des résultats bien plus positifs. Elle peut conduire à des politiques plus adaptées aux besoins réels des immigrants, favorisant ainsi une meilleure intégration et une coexistence harmonieuse. En outre, en plaçant l’humain au centre du débat sur l’immigration, nous pouvons transcender les clivages politiques et créer un dialogue plus constructif et inclusif.

L’immigration est une question de personnes, de vies, d’histoires. Aborder le sujet avec empathie, respect et une véritable attention à la personne, plutôt que de le réduire à une question de politique ou de chiffres, est non seulement la bonne chose à faire, mais c’est aussi la manière la plus efficace et la plus authentique d’aborder cet enjeu.

Conclusion

L’immigration, dans son essence, est bien plus qu’un simple mouvement de populations d’un point à un autre sur le globe. C’est un entrelacement complexe d’histoires, d’aspirations, de rêves, de défis et d’espoirs. Il est essentiel de comprendre que derrière chaque statistique, chaque décision politique et chaque débat public, il y a des vies individuelles et des familles qui cherchent à s’établir, à s’intégrer et à contribuer à la société d’accueil. Adopter une vision holistique et empathique de l’immigration, c’est reconnaître cette complexité et traiter l’immigration non pas comme un problème à résoudre, mais comme une opportunité à saisir, une richesse à intégrer.

Il est donc primordial que toutes les parties prenantes, qu’il s’agisse de décideurs politiques, de professionnels, d’organismes communautaires ou de citoyens, s’engagent activement dans le processus de consultation publique. Chacun d’entre nous a un rôle à jouer pour s’assurer que la planification de l’immigration au Québec pour les années 2024-2027 soit non seulement stratégique, mais aussi humaine et inclusive.

Enfin, l’appel à l’action est clair : que chacun saisisse cette occasion pour écouter, comprendre et contribuer. Participons ensemble à la consultation, élevons le débat au-delà des chiffres et des politiques et concentrons-nous sur ce qui est réellement important : l’humain. Car une planification réussie n’est pas seulement celle qui répond aux besoins économiques ou démographiques, mais celle qui honore et valorise chaque individu et chaque histoire.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (9 octobre 2023). La Planification 2024-2027 de l’Immigration au Québec : Pour une vision holistique et empathique. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sntv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search