Le rythme de l’écriture : entre contraintes et libérations

L’été était comme une éternelle mélodie d’inspiration. Chaque jour, mes doigts dansaient sur le clavier, libérant sans effort les mots qui reflétaient mes pensées, mes rêves et mes observations. Écrire était un jeu, un rituel quotidien qui ne nécessitait pas de discipline. C’était aussi naturel que de respirer. Mais voilà, les feuilles commencent à tomber, la lumière du jour s’amenuise, et quelque chose en moi aussi semble avoir modifié son rythme. Je me retrouve à me demander : est-ce que j’écris parce que je le veux, ou parce que je me suis imposé cette routine ?

Crédit photo libre :  Owen Michael Grech 

La contrainte de la régularité

Au début, la régularité peut être notre meilleure amie. Elle sert de boussole dans l’océan tumultueux de la vie quotidienne. Grâce à elle, on se crée un petit espace sacré, un rituel qui nous appartient. Ce rendez-vous régulier avec la page blanche (ou l’écran) instaure une discipline qui peut être incroyablement gratifiante. Même les jours où l’inspiration semble faire défaut, cette routine nous pousse à chercher plus profondément en nous, à gratter le fond du baril de notre créativité pour y trouver des pépites que nous n’aurions peut-être pas découvertes autrement.

Cependant, il y a un risque. La régularité peut se transformer insidieusement en rigidité. Ce qui était autrefois une rencontre joyeuse entre vous et vos idées peut commencer à ressembler à une corvée. Chaque jour, la pression de “devoir écrire” s’accumule, jusqu’à ce que ce ne soit plus une plateforme pour votre créativité, mais une tâche à cocher dans une liste sans fin de “choses à faire”. À ce stade, l’obligation supplante l’inspiration, et la créativité peut se sentir emprisonnée. Vous commencez à produire non pas parce que vous avez quelque chose d’important ou d’intéressant à dire, mais parce que vous avez créé une règle qui dit que vous “devez” le faire.

La clé, alors, est de rester attentif à ce glissement subtil. De s’accorder le droit de remettre en question notre propre régularité. Y a-t-il des moments où elle sert notre créativité ? Y a-t-il des moments où elle l’étouffe ? Et si c’est le cas, avons-nous le courage de la réajuster, de la relâcher, voire de la rompre pour un temps, afin de redécouvrir le plaisir spontané de l’acte de création ?

Le goût du partage

Au commencement, écrire chaque jour était comme un souffle d’air frais, une libération. Le goût du partage était né d’un désir authentique de connecter, d’éduquer, d’inspirer ou même de divertir. Vous étiez poussé par une forme de générosité créative, l’envie de donner une partie de vous-même au monde, que ce soit sous la forme de vos pensées, de vos émotions ou de votre savoir.

Mais quelque part en chemin, ce goût du partage peut commencer à se transformer. L’envie initiale peut s’éroder sous le poids de la régularité et des attentes — les vôtres, celles des autres ou même les miennes. Vous pouvez commencer à vous sentir responsable de votre audience, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Cependant, ce sentiment de responsabilité peut ajouter une nouvelle couche de pression. Le partage n’est plus juste une affaire de cœur; il devient aussi une affaire de devoir.

Pour ne pas perdre le goût authentique du partage, il me semble important de réévaluer régulièrement ses motivations. Posez-vous des questions comme : est-ce que j’écris encore pour les bonnes raisons ? Est-ce que je trouve du plaisir dans ce que je fais ? Si vous découvrez que le goût du partage commence à s’amenuiser, il peut être temps de prendre du recul. Cela pourrait impliquer de s’accorder une pause, de changer votre fréquence de publication, ou de se donner la liberté d’explorer de nouveaux sujets qui rallument votre passion.

Faire une Pause ?

Dans notre société axée sur la productivité, la notion de “pause” est souvent stigmatisée. Elle est considérée comme un signe de faiblesse ou d’indécision. Cette vision peut être particulièrement forte dans le monde du blogging ou de la création de contenu, où la constance est reine et où chaque jour sans publication peut sembler être une opportunité manquée. Pourtant, faire une pause est parfois le geste le plus courageux que l’on puisse faire. C’est reconnaître que pour continuer à donner le meilleur de soi-même, il faut d’abord se ressourcer. Dans ce sens, prendre une pause est loin d’être une défaite. C’est un acte de soin envers soi-même et, par extension, envers ceux avec qui vous partagez votre créativité.

Une pause ne doit pas nécessairement être longue ou définie pour être efficace. Elle peut être aussi simple que de s’éloigner de votre espace de travail pendant quelques heures, de prendre une journée pour lire ou même de partir en mini-vacances. Le but est de sortir du cycle habituel pour gagner une nouvelle perspective. Lorsque nous faisons une pause, nous nous donnons non seulement l’espace pour réfléchir mais aussi pour ressentir. Dans le tumulte de la vie quotidienne, il est facile de s’éloigner de nos véritables émotions et besoins. Un moment d’interruption peut aider à réaligner notre être intérieur avec nos actions extérieures, une sorte de “reset” émotionnel et mental. Après cette phase de repos et de réflexion, il est souvent plus facile de revenir avec une vigueur renouvelée. Vous trouvez que vos idées sont plus claires, que votre enthousiasme est régénéré, et que vous êtes plus à même de partager avec authenticité et passion.

La flexibilité comme credo

Lorsque nous adoptons une routine, surtout une qui fonctionne, il est tentant de la transformer en une sorte de dogme immuable. Ce faisant, nous risquons de tomber dans le piège de l’orthodoxie, où le simple acte de déroger à la “règle” peut sembler sacrilège. Mais l’écriture, comme toute forme d’art, est un organisme vivant, qui a besoin de liberté pour s’épanouir. Il y a une différence substantielle entre vouloir faire quelque chose et devoir faire quelque chose. Dans le premier cas, il y a un sentiment d’enthousiasme, une étincelle qui transforme même les tâches les plus fastidieuses en aventures passionnantes. Dans le second cas, chaque mot peut devenir un fardeau, chaque phrase une corvée. Le secret est de redécouvrir le désir qui se cache derrière ce que l’on considère maintenant comme une obligation.

Se donner la permission de flexibilité, c’est s’accorder le droit d’écouter son propre rythme. C’est admettre que l’inspiration n’est pas un puits inépuisable et que notre énergie a ses propres saisons. Cela signifie que certains jours, les mots pourront couler comme une rivière et d’autres, ils seront aussi rares qu’une oasis dans un désert. Et c’est parfaitement acceptable. Adopter une posture plus flexible envers soi-même, c’est également un retour à l’authenticité. C’est un rappel que vous écrivez parce que cela a du sens pour vous, et non parce que vous êtes esclave d’un calendrier auto-imposé. En relâchant cette pression, chaque mot, chaque phrase, chaque idée peut devenir plus précieuse, retrouvant le poids et le plaisir qu’elle avait lors de ces jours d’été insouciants.

Une routine flexible peut également ouvrir des portes à de nouvelles découvertes. Quand vous n’êtes pas préoccupé par le respect d’un calendrier rigide, vous avez plus d’espace pour explorer, expérimenter et même échouer. C’est souvent dans ces moments d’exploration non structurée que nous tombons sur les idées les plus innovantes et les plus excitantes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sebastien KEIFF (28 septembre 2023). Le rythme de l’écriture : entre contraintes et libérations. Le blog du papa chercheur. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/snts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search